vendredi 31 août 2012

Le mystère par excellence d'Amélie Nothomb


Ne me restant plus qu’un livre à lire, et sachant pertinemment que si l’envie de lire me prenait mais pas celui de poursuivre ce bouquin je freinerai des quatre fers, j’ai décidé de sélectionner quelques petits livres pour accompagner mes moments de libre.
J’ai jeté mon dévolu sur une courte nouvelle d’Amélie Nothomb car n’ayant pas apprécié Stupeur et tremblements, je souhaitais lui laisser une seconde chance (et ainsi peut-être lire Barbe bleue). Me voilà donc avec Le mystère par excellence.
Manuel, le meilleur ami de Jacques est tombé fou amoureux d’Hélène. Jacques brûle de la rencontrer. Elle doit être tellement belle, tellement brillante cette jeune fille qui a su séduire le plus courtisé des avocats bruxellois !
Mais Hélène n’est ni jolie, ni intelligente et elle n’aime pas Manuel qui l’adore. Pour Jacques c’est le mystère par excellence.
Heureusement que je n’ai pas lu le résumé (source babelio) mais tout est dit de l’histoire. Manuel aime Hélène, qui est une fille archi banale et le méprise. Son ami, qui a toujours envié toutes ses conquêtes ne comprend pas.
Amélie Nothomb ne m’a jamais surprise. Au mieux elle a de bonnes réparties, quelques traits d’esprit. Mais encore une fois, je ne retrouve rien d’exceptionnel dans cette nouvelle qui puisse mériter de lui faire autant d’honneur.
Je ne fais pas le procès de l’auteur mais tout le bruit qu’on fait autour d’elle est pour moi réellement un mystère par excellence. Dans ce texte, encore une fois, elle écrit un moment de vie. Un moment de vie parfaitement banale, sans surprise, sans étincelle. Je lui accorde qu’elle a eu le mérite de développer la personnalité de Jacques et par ses réflexions de nous "dévoiler" l’âme de Hélène. Mais c’est un tour de force que font nombre d’auteurs en nous offrant un vocabulaire plus riche, et des sources d’émotions.
Pour la deuxième fois que je lis une de ses oeuvres, j’en ressors avec le sentiment d’avoir lu un extrême moment de banalité, et des relations humaines qui sont proches de la réalité(elle a du talent pour les décrire de manière très conforme à celles qui existent). Aucune intrigue à part celle de la fin. Bon c’est peut-être là où voulait arriver l’auteur: mettre son histoire au niveau de Hélène.
Comme point positif, j’ai quand même aimé la chute. Car oui, Amélie Nothomb brille quand même par ses chutes surprenantes, et ça j’aime.
Mon bilan de lecture est donc mitigé.
Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, n’hésitez pas à me le dire ou à me conseiller une de ces oeuvres qui pourrait m’aider à comprendre son succès et justifie sa présence annuelle dans les têtes de parade des sorties littéraires.
  • Broché
  • Editeur : Albin Michel/Le Grand Livre Du Mois "Col. Les Trésors De La Littérature";Édition : ALBIN MICHEL (1 janvier 1999)
  • Auteur : Amélie Nothomb
  • ISBN-13: 978-2702835593
  • ASIN: B003UABYL6

mercredi 29 août 2012

L'assassin royal, tome 1 : l'apprenti assassin de Robin Hobb (2005)


Elle se faisait attendre, mais la voici ma fameuse critique de l’assassin royal.
J’en avais entendu et lu beaucoup de bien, et avais même débuté la collection plus jeune puis vite enfoui dans un coin de mon cerveau.
Je vais être honnête: les séries et moi, ça fait deux. Je n’ai pas la patience d’attendre ni de lire un par un tous les volumes pour avoir le fin mot de l’histoire. C’est assez curieux car j’aime être dépaysée. Je suppose que les collections de mangas m’ont bien sevré de la collectionnite aigüe.
Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que FITZ reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…
La première partie du livre est sympa à lire, quoique un peu longue. L’intrigue met un peu de temps à se mettre en place, mais à chaque plongée on y pénètre comme dans du beurre. J’ai pris beaucoup plus de plaisir avec la seconde moitié. Il m’est arrivé de ne pas vouloir lire la suite, redoutant un décès d’un personnage que j’aimais. Donc, un peu de longueur à se lancer, mais une fois le cap passé, la lecture est un  régal!
Côté personnages, on accroche bien.
Burrich est un peu le tuteur de Fitz et on se prend vite d’amitié pour l’homme bourru. Le fou arrive à dégager une certaine aura malgré sa faible présence. Royal est antipathique à souhait, Vérité tout son contraire, et Fitz serait presque un antihéros.
Intrigue personnelle, intrigue amoureuse, intrigue de château. Tous les éléments pour un bon livre de héroïc fantasy.
J’ai déjà débuté le deuxième tome. J’accroche bien pour le moment. Je conseille donc la lecture de cette saga.
  • Poche: 510 pages
  • Editeur : J’ai lu (23 décembre 2005)
  • Collection : J’ai lu Fantasy
  • Auteur : Robin Hobb
  • ISBN-13: 978-2290352625

mardi 28 août 2012

Désirs de lecture #4


Bonjour tout le monde! Ma chronique sort avec un jour de retard car j’ai complètement oublié de la rédiger (les automatismes blogesques ne sont pas encore là). Mais j’ai déjà attaqué les nouveaux livres de la semaine que je vais m’empresser de vous partager.

vendredi 24 août 2012

Bilan de lecture #3


Cela fait quelques jours que je n’ai rien publié après un début en fanfare. Ce n’est ni par oubli ni par désintérêt (je me connecte tous les jours pour voir si vous m’avez laissé des messages), mais mes lectures avancent moins vite. Lisant un roman plus épais que  les précédents, je ne peux donc par écrire de chroniques. Et avec ma manie de lire en parallèle d’autres écrits, il m’est difficile d’en venir à bout en une fois (j’ai un mal fou à ne pas papillonner mais je tente de restreindre quand même le nombre).

mardi 21 août 2012

lundi 20 août 2012

dimanche 19 août 2012

vendredi 17 août 2012

Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella (2006)


Lorsqu’on m’a offert ce livre, je l’ai regardé d’un air circonspect. Que me voulait-on avec ce bouquin? Etais-je donc si superficielle? (oui j’étais jeune à cette époque). Et passé les premières impressions, je m’y suis plongée…et j’ai aimé.

jeudi 16 août 2012

dimanche 12 août 2012

Une étude en rouge d’Arthur Conan Doyle


J’ai voulu lire un classique et je me suis donc attaquée à Sherlock Holmes tout simplement car la nouvelle série "Holmes" a suscité cette envie. Après quelques recherches, j’ai découvert que ce volume était le premier de la longue série et je m’y suis donc plongée.

Nouveau manuel de science politique



Aujourd’hui, j’ai envie de partager l’une de mes lectures. J’aime bien jongler entre différents livres plus ou moins techniques. D’abord car niveau concentration, j’ai l’impression de mieux retenir comme c’est une lecture sur du court terme. Ainsi en soirée, je lis un chapitre de l’un et un chapitre de l’autre. Ensuite car cela permet de ne pas s’ennuyer car certaines de mes lectures deviendraient vite indigestes si je devais me forcer à les lire juste car je dois les lire.

samedi 11 août 2012