dimanche 12 août 2012

Nouveau manuel de science politique



Aujourd’hui, j’ai envie de partager l’une de mes lectures. J’aime bien jongler entre différents livres plus ou moins techniques. D’abord car niveau concentration, j’ai l’impression de mieux retenir comme c’est une lecture sur du court terme. Ainsi en soirée, je lis un chapitre de l’un et un chapitre de l’autre. Ensuite car cela permet de ne pas s’ennuyer car certaines de mes lectures deviendraient vite indigestes si je devais me forcer à les lire juste car je dois les lire.


L’un des bouquins que je "potasse" est Le nouveau manuel de science politique. J’utilise le terme "potasser" car la lecture me demande un certain niveau de concentration, et il m’arrive assez régulièrement de devoir relire une phrase pour bien en comprendre le sens. Cela peut faire sourire le lecteur de ce blog, mais on n’a pas tous la même vitesse de réflexion. Soit! En ce moment, je lis donc ce manuel.
Cela faisait un moment que je tournais autour, et son prix me faisait repousser son achat.Pourtant je savais qu’il me fallait bien un tel livre pour au moins avoir quelques bases en science politique. Evidemment, je suis l’actualité, je m’intéresse à la politique. Mais le principal problème de l’information, c’est qu’on nous tient informer et qu’on ne nous explique jamais les racines de la cause d’un fait. Et lorsque je n’ai pas tous les éléments entre les mains, je perçois difficilement la portée et le fond de ce fait.  Très frustrant, mais en plus inintéressant. Un peu comme ces cours de maths où l’on nous dit qu’il faut faire ainsi sans nous apporter un raisonnement pour nous expliquer le pourquoi de la chose. Bon, ça ne dérange et perturbe que moi et quelques-uns (j’espère). Mais mince, quand on fait les choses, autant les faire bien (et je ne prône pas la perfection, on fait aussi chacun en fonction de ses moyens).
Donc pour 33,82€ on a un livre d’un peu moins de 800 pages, divisé en 12 parties, elles-mêmes divisées en 3 chapitres (voir à la fin du billet).
Donc voici mon avis.
Le niveau de lecture va de moyen à très difficile. Beaucoup de termes que je n’emploie pas couramment et qui me font buter, la lecture n’est pas des plus simples quand on n’y est pas habitué.
De nombreuses références historiques (évidemment). Cela m’a motivé à acheter "Histoire de France" de Jean Carpentier et François Lebrun.
Un livre très enrichissant qui fait prendre conscience de beaucoup de choses, qui amène à réfléchir et finalement qui peut se lire aussi bien de manière sélective comme le manuel du journalisme de Yves Agnès que comme un livre de chevet (pour les plus mordus).

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression