jeudi 8 novembre 2012

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer & Annie Barrows


Cela faisait un moment qu’il me faisait envie et sa couverture est tellement belle! Le cercle des amateurs d’épluchures de patates est décidément ce genre de livre que j’apprécie. Léger mais sérieux, encore une fois dans le genre épistolaire (décidément!) Je savais que j’allais l’aimer mais je ne m’attendais pas à autant accrocher!
Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey , découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.


Tout est expliqué dans le synopsis donc je ne compte revenir que sur les éléments qui m’ont marqué.
Encore une fois le genre épistolaire est bien justifié. Nous, lecteurs, prenons connaissance jour après jour du quotidien de Juliet et de ses échanges avec les différents protagonistes. Je ne soupçonnais pas qu’il était ainsi possible de dévoiler autant de choses à travers ce type d’échange. De plus l’histoire est rythmée, et on découvre la personnalité des gens dans leur écriture. Oui cela parait évident, mais dans ce cas précis ça marche vraiment bien.
J’ai aussi bien apprécié le phénomène de surprise. Du début jusqu’à la fin, Juliet n’a cessé de me surprendre. Tout d’abord dans sa romance (impossible de deviner certains éléments, mais je ne peux rien vous dire sous peine de vous gâcher le suspens). Et aussi la fin. Bref, du début à la fin, vous êtes soumis aux échanges de Juliet et impossible de deviner quoi que ce soit.
L’écriture, le caractère des différents protagonistes, les situations tantôt touchantes (Elisabeth, quelle femme!) tantôt marrantes; encore une fois réel plaisir de les lire et découvrir. Les descriptions sont belles, l’émotion est présente, et l’intrigue aussi!
Je n’ai pas encore vérifié la situation des îles Guernesey, mais si en plus l’élément historique est réel, cela ajoute un point positif à l’histoire. En tout cas découvrir des bribes de la seconde guerre mondiale ne gâche rien.
Alors un verdict peu surprenant: touchant, humain, rythmé. Il serait dommage de passer à côté d’un tel récit. Mary Ann Shaffer & Annie Barrows ont réalisé un tour de force qui a bien marché (et c’est rare quand je suis vraiment emballée par un livre, même tous ceux de la catégorie "Intéressants" se sont tous essouflés à un moment de l’histoire). Seul point négatif: dommage que le récit soit aussi court, j’aimerais qu’il y ait une suite!
En un mot: FONCEZ!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression