lundi 31 décembre 2012

Malavita de Tonino Benacquista


Aussitôt reçu, aussitôt lu. Le cadeau de Noël de cette année n’a pas eu le temps de sentir le sapin.
Une famille d’Américains s’installe à Cholong-sur-Avre, en Normandie. Fred, le père, se prétend écrivain et prépare un livre sur le Débarquement. Maggie, la mère, est bénévole dans une association caritative et se surpasse dans la préparation des barbecues. Belle, la fille, fait honneur à son prénom. Warren enfin a su se rendre indispensable pour tout et auprès de tous. Une famille apparemment comme les autres, en somme.
Une chose est sûre, s’ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner…
C’est le premier livre de Tonino Benacquista que je lis, ou plutôt dévore. Alors que je m’attendais à un récit classique et banal d’une famille (je lis très rarement les 4e pages de couverture), j’ai été surprise de la trame et ai apprécié chaque ligne.
Ce récit est incroyablement rythmé, et les protagonistes ont réellement du charisme. Fred, ce mafioso un peu ours mal léché au début, qui brille quand même par son entièreté. Maggie la mère de famille au caractère de feu. Belle, un personnage remarquable. Cette fille est intelligente, magnifique. Le type même de protagoniste qui agace car ayant le don de toujours s’en sortir. Mais Tonino Benacquista lui a donné ce petit plus qui fait que même nous, lecteur, ne pouvons que l’apprécier. Warren, le bon petit gars. Et évidemment Tom, le mec de la Witnes, aussi très nuancé.
Chaque fin de paragraphe donne envie de lire le suivant. Situations cocasses, rocambolesques, déjantées. On ne s’endort pas. L’épisode aux Etats-Unis, énorme mais d’une certaine finesse. Les réactions de la famille délicieuses car hors-normes et pourtant naturelles dans leurs logiques.
Placer une famille de Mafioso dans une ville paumée de France était déjà un défi, Tonino Benacquista l’a relevé avec brio. Je recommande ce livre pour tous ceux amateurs de contemporains, de nouveautés et d’humour, et pour tous les autres également. Ce n’est pas profond, mais c’est divertissant, et accentué par le côté "Américains débarquant dans la France profonde".
S’il faut un livre pour bien débuter l’année, c’est celui-ci. D’ailleurs j’ai déjà acheté la suite (Malavita encore).
"Malavita":
gros coup de coeur

dimanche 30 décembre 2012

Faërie de J.R.R. Tolkien


Le Chapelier fou me l’avait destiné ce mois-ci, je me suis donc résolue à le lire avant la fin de cette année.
" Je me propose de parler du conte de fées, non sans me rendre compte de la témérité de pareille entreprise. La Faërie est un territoire dangereux qui renferme maintes chausse-trapes pour les imprudents et des culs-de-basse-fosse pour les présomptueux. Et je puis bien compter au nombre de ceux-ci, car si j’aime le contes de fées depuis que j’ai appris à lire, et que j’y ai bien souvent songé, je ne les ai pas étudiés d’un point de vue professionnel. Je n’ai guère été qu’un explorateur vagabond (ou un intrus) dans le pays, plein d’émerveillement mais non de savoir… … Il est pourtant certaines questions auxquelles celui qui doit parler des contes de fées doit être prêt à répondre ou à tenter de répondre, quoi que les gens de Faërie puissent penser de son impertinence. Par exemple : que sont les contes de fées? Quelle en est l’origine ? Je tenterai de fournir des réponses à ces questions ou tout au moins les suggestions de réponses que j’ai pu glaner – principalement dans les contes mêmes, dans les quelques uns que je connais parmi la multitude de ceux qui existent. "

samedi 29 décembre 2012

Serum, saison 1, tome 2 de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza


Après avoir lu le tome 1 quelques jours plus tôt, j’attendais avec une certaine impatience de replonger dans l’histoire afin de savoir si oui ou non j’étais séduite. J’ai profité d’une LC pour m’offrir cette opportunité.
1773 : MESMER INVENTE L HYPNOSE 1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE 2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM
Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?
Dans le récit on retrouve Lola, Emily, Drunken et Détroit. Rapidement plongé dans le récit, on est embarqué dans les nombreux rebondissements qui ne nous laissent aucune repos. Le rythme est haletant et chaque chapitre donne envie de découvrir le suivant. Difficile de lâcher ce livre une fois commencé!
J’avais été sceptique lors de la lecture du tome1, peu habituée aux séries, d’autant plus policières. Le tome 2 a fait s’évanouir tous les doutes que j’avais. Les personnages apparaissent, avec leurs défauts et leur qualités. Je craignais que l’action prime sur la profondeur des protagonistes, ce ne fut pas le cas.
Je ne suis pas particulièrement séduite par Lola,  parce que l’auteur a tendance a répéter que ses cheveux roux et son caractère têtu sont dus à des racines irlandaises. C’est marrant quand on s’appuie sur ses origines pour mettre en avant une qualité entre bonnes copines, un peu moins quand c’est répété dans un livre. Mais ceci est un détail.
Les rêves d’Emily sont quant à eux sympathiques. Dommage qu’on n’ait pas tous les codes pour tenter de les décripter en même temps que l’inspecteur et les deux psychiatres (je m’y suis essayé mais chou blanc). En tout cas, c’était bien trouvé!
J’ai bien apprécié l’intrigue du lieu mystérieux et aussi la venue d’un groupe à la Wikileaks. J’ai quand même bien envie de savoir comment ils vont tourner l’histoire avec ce nouveau détail.
Alors un bon tome 2, plus rythmé que le premier. Je ne suis pas encore totalement convaincue : mais je ne sais pas si c’est l’aspect « série » qui me dérange encore (ne pas savoir à quel tome cela va se finir m’empêche de me projeter mais c’est injustifié puisque les auteurs sont en pleine rédaction et ont encore tout le temps de réfléchir à une fin) ou bien simplement l’intrigue qui n’est pas tout à fait à mon goût.
"Serum, saison 1, tome 2":
bien