lundi 3 décembre 2012

A tout jamais de Nicholas Sparks


La couverture m’attirait. En la voyant, je me suis dit que peut-être cela pourrait être un témoignage, ou un récit à la première personne qui serait intéressant. Verdict.
http://www.livraddict.com/covers/11/11689/couv27542952.jpg
Chaque mois d’avril, Landon Carter est assailli par les souvenirs de sa dernière année de lycée. C’était en 1958, dans la petite ville de Beaufort, en Caroline du Nord. Fils de bonne famille, il aimait retrouver ses amis en classe, inviter ses jolies camarades, faire le mur de temps en temps, et se moquer de la fille du pasteur : avec sa bible, son éternel chignon et son dévouement sans faille qui plaisait tant aux grandes personnes , Jamie Sullivan avait le don de l’agacer. Pour le bal du lycée, Landon, qui se retrouve sans cavalière, est contraint de l’inviter. Elle le prévient : « D’accord, mais promets-moi de ne pas tomber amoureux de moi. » La vie en décide autrement : entre les deux jeunes gens, c’est le coup de foudre. Mais Jamie apprend à Landon qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre.

Dommage que la quatrième de couverture dévoile l’intrigue dès le début alors qu’on découvre la maladie de Jamie bien plus loin dans le récit. Mais, mis à part ce détail, j’ai passé un sympathique moment de lecture. Le style est plutôt classique, à la première personne. D’ailleurs il n’y a pas de jeu dans l’écriture (j’aime bien les prises de risque chez les auteurs, à la Cormac Mac Carthy ou Murakami Ryu), donc pas de surprise.
Landon découvre peu à peu Jamie, et tout comme lui on apprend à aimer cette personne lorsqu’on apprend comment elle vit, qui elle est. L’agencement de l’information est donc correct.
Par moment le récit nous touche, c’est indéniable. La fin est assez obscure en fait, car on ne sait pas ce qu’il advient de Jamie quand le narrateur parle de miracle. C’est dommage, là encore la boucle n’est pas bouclée et c’est assez frustrant. Landon est-il marié avec elle? Que s’est-il passé? (je ne spoile pas, car de toute manière vous savez qu’elle va mourir).
Evidemment l’aspect spitiruel est prononcé. On ne peut pas y échapper car c’est une constituante de notre société, bien que dans ce récit c’est très dominant. Pour ceux qui ne sont pas sensibles à cela, passez votre chemin puisque l’histoire toute entière baigne dedans.
L’adolescence est plutôt bien exprimée mais je n’y ai pas trouvé mon compte. Il manquait quelque chose. Peut-être que l’auteur aurait dû plus nous immerger dans la vie de Landon. Le récit étant court, cela peut se révéler compliqué mais ça aurait été vraiment plus percutant d’en savoir plus à propos du cadre.
Concernant l’histoire d’amour, elle est belle. Les sentiments sont là, le coeur se serre. Mais elle ne m’a pas fait rêver. Je ne dis pas que l’auteur est passé à côté, mais je n’y ai pas été si sensible. C’est certain que la vie est cruelle, qu’une belle âme comme Jamie ne méritait pas cela. Mais c’est la vie et la maladie ne choisit pas ses cibles. Donc le sentiment d’injustice ne m’a pas trop bouleversé. On observe quand même une belle évolution des sentiments entre les deux êtres bien que pour moi cela relève du classique à l’américaine.
Alors bilan: une histoire sympathique et sans surprise, qui ne m’a pas forcément emmené loin mais m’a fait passer le temps. Je le classe dans ‘pas mal’ car ce n’est pas forcément le genre de lecture que j’apprécie, mais elle pourra plaire à d’autres.
Notez "A tout jamais"
pas mal

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression