jeudi 20 décembre 2012

Contes de terreur d'Arthur Conan Doyle


Lire des nouvelles, c’est l’idéal pour rompre un rythme de lecture un peu routinier. Avec Arthur Conan Doyle, c’est un petit plaisir.
Une entité malfaisante dévore des pionniers de l’aviation par delà les nuages… – Un mystérieux objet, un entonnoir en cuir, nous révèle, grâce à la psychologie des rêves, sa terrible utilisation… – Une petite vengeance amoureuse entre deux archéologue dans les catacombes romaines… – Un homme, une femme, son amant et un scalpel… – Et autres contes de terreur…
J’ai loupé l’occasion de le lire pour Halloween, ce livre. Pour info, je ne sais pas s’il est possible de l’acheter en livre, puisque je l’ai lu en format ebook (libre de droits).


J’ai découvert Arthur Conan Doyle grâce à son personnage Sherlock Holmes. Convaincue par son style, j’ai eu envie de tester d’autres oeuvres de lui pour voir ce qu’il avait dans le ventre (et aussi car il n’aimais pas Holmes). Et j’ai été agréablement surprise.
L’ouvrage se compose de  six nouvelles:
-L’horreur du plein ciel: un aviateur cherche à savoir ce qui cause la perte d’autres aviateurs
-L’entonnoir de cuir: un curieux objet qui propose un retour vers le passé
-De nouvelles catacombes: deux amis amoureux d’histoire, l’un d’eux découvre les catacombes et invite l’autre
-L’affaire de Lady Sannox: un mari, une femme amoureuse et un amant
-Le trou du Blue John: une étrange caverne attire un curieux
-Le chat brésilien: un homme découvre qu’un membre de sa famille a ramené un curieux chat
Comme d’habitude, le style est agréable. De belles descriptions, une ambiance mystérieuse (il a un talent pour ça), quand on lit Arthur Conan Doyle on prend de suite le train en marche.
Certaines nouvelles sont prévisibles mais elles demeurent divertissantes. Il faut les lire petit à petit pour les savourer.
Encore une fois, je ressors satisfaite de ma lecture, aussi conquise qu’avec les aventures de Holmes.

"Contes de terreur"
bien

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression