lundi 31 décembre 2012

Malavita de Tonino Benacquista


Aussitôt reçu, aussitôt lu. Le cadeau de Noël de cette année n’a pas eu le temps de sentir le sapin.
Une famille d’Américains s’installe à Cholong-sur-Avre, en Normandie. Fred, le père, se prétend écrivain et prépare un livre sur le Débarquement. Maggie, la mère, est bénévole dans une association caritative et se surpasse dans la préparation des barbecues. Belle, la fille, fait honneur à son prénom. Warren enfin a su se rendre indispensable pour tout et auprès de tous. Une famille apparemment comme les autres, en somme.
Une chose est sûre, s’ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner…
C’est le premier livre de Tonino Benacquista que je lis, ou plutôt dévore. Alors que je m’attendais à un récit classique et banal d’une famille (je lis très rarement les 4e pages de couverture), j’ai été surprise de la trame et ai apprécié chaque ligne.
Ce récit est incroyablement rythmé, et les protagonistes ont réellement du charisme. Fred, ce mafioso un peu ours mal léché au début, qui brille quand même par son entièreté. Maggie la mère de famille au caractère de feu. Belle, un personnage remarquable. Cette fille est intelligente, magnifique. Le type même de protagoniste qui agace car ayant le don de toujours s’en sortir. Mais Tonino Benacquista lui a donné ce petit plus qui fait que même nous, lecteur, ne pouvons que l’apprécier. Warren, le bon petit gars. Et évidemment Tom, le mec de la Witnes, aussi très nuancé.
Chaque fin de paragraphe donne envie de lire le suivant. Situations cocasses, rocambolesques, déjantées. On ne s’endort pas. L’épisode aux Etats-Unis, énorme mais d’une certaine finesse. Les réactions de la famille délicieuses car hors-normes et pourtant naturelles dans leurs logiques.
Placer une famille de Mafioso dans une ville paumée de France était déjà un défi, Tonino Benacquista l’a relevé avec brio. Je recommande ce livre pour tous ceux amateurs de contemporains, de nouveautés et d’humour, et pour tous les autres également. Ce n’est pas profond, mais c’est divertissant, et accentué par le côté "Américains débarquant dans la France profonde".
S’il faut un livre pour bien débuter l’année, c’est celui-ci. D’ailleurs j’ai déjà acheté la suite (Malavita encore).
"Malavita":
gros coup de coeur

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression