mardi 1 janvier 2013

Deux petits pas sur le sable mouillé d’Anne-Dauphine Julliand


C’est en visionnant une émission dans laquelle était invitée Anne-Dauphine Julliand que j’ai souhaité découvrir ce livre. Attention, poignant…
Le jour des deux ans de Thaïs, Anne-Dauphine Julliand apprend qu sa fille est atteinte d’un mal incurable.  Son récit bouleversant raconte le combat d’une famille et de son entourage, émouvant réseau solidaire, tous unis pour une cause magnifique: rendre les courtes années de Thaïs aussi belles que possible.
Si vous cherchez un témoignage poignant, triste mais riche d’amour, alors ce livre vous est conseillé.


C’est la curiosité mais aussi l’écoute d’Anne-Dauphine Julliand qui m’ont poussé à ouvrir les pages de ce livre. Et l’avoir fait un premier janvier me fait un peu regretter mon choix. D’abord parce qu’il est question d’hôpital, mais aussi d’enfants et de maladie dégénérative. Le trio qui créé un véritable effet repoussoir. Mais quand j’ai vu cette mère parler de son expérience, je voulais pouvoir compléter ses silences.
L’histoire vrai est vraiment difficile à lire et assurément fera verser des larmes aux âmes sensibles. Tout ce que subi Thaïs et sa famille est retranscrit avec détails mais pudeur, sans aucune indécence.
Tourner les pages s’avère difficile, plus on avance et plus on a du mal à lâcher le livre. On se rassure aux sourires de Thaïs et à l’âme combative des parents, ainsi qu’au courage et la force de Gaspard. Et à la joie de vivre d’Azylis.
Difficile de rédiger un avis, le livre est bouleversant. Exceptionnellement je ne mets aucune notation, car j’ai du mal à cerner son public mais surtout car je ne me vois pas "noter" ou "juger" un tel témoignage. Bel ouvrage sur le courage et l’amour d’une famille dans une bataille contre-la-montre. Et sur la détermination du personnel hospitalier pour tout faire pour adoucir la maladie.
Ce qu’a pu endurer Thaïs est inimaginable, et pourtant elle l’a fait le sourire aux lèvres..
"Deux petits pas sur le sable mouillé":
avosnombres

1 commentaire:

Profitons de notre liberté d'expression