samedi 5 janvier 2013

La nièce d’Hitler de Ron Hansen


C’est en lisant un article à son sujet que j’ai gardé en tête le titre, me disant que cela serait intéressant de le lire. C’est chose faite!
Dans cette fiction tirée d’une page d’histoire encore peu connue, Ron Hansen apporte la troublante relation d’Adolphe Hitler avec sa nièce, Angelika Maria Raubal, surnommée Geli.


La Nièce d’Hitler débute en 1908 sur le baptême de la fillette à Linz. Son oncle, un artiste peintre viennois raté, de dix-neuf ans son aîné, y assiste. A Munich, en 1927, le futur dictateur offre un toit à Geli tout d’abord fascinée par cet oncle et par son ascension au pouvoir. Il lui permet ainsi d’accéder à son premier cercle composé, entre autres, des sinistres Göring, Goebbels et Himmler. Geli en vient alors à nouer d’étranges liens avec son " oncle Alf " dont les pressions croissantes et incontrôlées la conduiront à une mort prématurée e,n 1931.
Comparée aux atrocités innommables perpétrées contre l’humanité par Adolphe Hitler, la mort de sa nièce n’est peut-être qu’une note de bas de page dans l’histoire de sa vie. Mais ce fait n’a pas échappé à l’œil du romancier curieux et expérimenté qu’est Ron Hansen ; il décide d’utiliser cet événement mystérieux pour s’introduire dans la vie intime de l’un des hommes les plus monstrueux de tous les temps.
Cette fiction, inspirée de faits réels et basée sur de longues recherches (que l’auteur dévoile dans son épilogue), se concentre essentiellement sur la vie privée de Geli et sa relation avec Hitler.
Avoir comme protagonistes principaux des nazis tristement rendus célèbres à cause de leurs sinistres et mortelles actions rend vraiment difficile la lecture. Tout d’abord car la marge d’imagination est très limitée mais aussi car on ne peut s’empêcher d’avoir cette barrière de dégoût tout au long du récit.
Intéressant, avec parfois quelques longueurs, j’ai eu quelques difficultés à entrer dans le récit car certains éléments me paraissaient difficilement concevables, et je vais expliquer pourquoi. Mais je précise que je ne parlerai pas du respect de la véracité de l’histoire de Geli car je ne suis pas historienne et car les historiens eux-mêmes n’ont pas résolu certains mystères de son existence et de sa mort
Tout d’abord, je savais que cette lecture était basée sur des faits réels mais aussi romancées, mais ce sont justement les détails du quotidien qui m’ont gênée car dans le fond je me disais qu’il était simplement presque impossible de connaître les habitudes sexuelles d’Hitler et les échanges ainsi que les tenues qu’il ait pu avoir avec les autres. Ensuite car je ne pouvais pas non m’imaginer Hitler comme simple personnage d’un roman, non quand je lisais j’avais toujours ce monstre en tête, avec en prime toute sa clique. Pour la première fois, j’ai donc fait l’expérience d’une lecture sur des personnages que je déteste.
Ensuite, la frontière faits réels et fiction était très floue. J’aurai bien vu un autre traitement, des précisions pour qu’on sache à partir de quand l’auteur utilisait son imaginaire.
Enfin, les personnalité des protagonistes sont très atypiques. Tout d’abord Geli est une fille pertinente, avec de la personnalité, et aussi désireuse de séduire. Je crois que c’est le personnage qui m’a semblé le plus cohérent. La jeune fille se trouve peu à peu prise au piège et comprend qu’elle n’a plus d’avenir sans son oncle. Mais elle entretient un jeu malsain et étrange avec son oncle, ayant le désir de le séduire.
Ensuite Hitler y est décrit comme un homme versatile, tantôt hyperactif de l’auditoire, tantôt gros glandeur, mais très intelligent. Comme je le précise, je ne suis pas historienne, mais dans le livre c’est aussi un gros pervers qui va entretenir une relation étrange avec Geli.
Et puis les autres…
Un livre difficile à lire, qui m’a plusieurs fois rebuté et fatigué car il demande une grande concentration et aussi une maîtrise de sa répulsion car on entre dans la vie privée romancée de l’un des plus criminels de l’humanité.C’était l’histoire de Geli qui m’intéressait lorsque j’ai ouvert ce livre, et un je ne sais quoi m’a manqué. Peut-être des photos, mieux comprendre qui elle était, des extraits de lettres parlant d’elle, bref un rapport avec des faits et des preuves historiques de son existence et de ses habitudes.
"La nièce d'Hitler":
bien
mod_article46717949_4fd4d07c54e6d

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression