mardi 29 janvier 2013

Lawrence d’Arabie par Michel Renouard


couv35734059Vous allez rire, je ne connaissais pas Lawrence juste avant d’avoir lu la quatrième de couverture (vous allez être de plus en plus convaincu que je suis née en 2012, ça craint un peu). Ce livre, que le forum livraddict proposait, m’a de suite attiré. L’histoire d’un aventurier, archéologue, homme d’action, amoureux du monde arabe et dans l’époque des guerres de conquête. Quoi de mieux pour avoir d’autres pièces de puzzle dans la perception de notre histoire?


Lawrence d’Arabie, c’est l’histoire d’un homme surdoué. Son père a quitté sa mère pour partir avec une de ses employées de maison à qui il a fait des enfants. Lawrence est né entouré d’un père bricoleur et présent, et d’une mère stricte avec de grandes convictions chrétiennes. Par son intelligence, son goût pour les lettres, les livres et les langues, mais aussi son intérêt pour le monde arabe, il va rapidement devenir un acteur clé dans les guerres de colonisation, et les batailles contre les Ottomans soutenus par les Allemands, à l’aube de la première guerre mondiale.
En suivant cet homme, on découvre un destin incroyable, une vie d’hyperactif et d’intelligence mais aussi d’enthousiasme et de connaissances. Un lettré comme on en connait peu, qui a rencontré les êtres les plus influents de son époque (Winston Churchill, George V…). Un homme qui sera au service de son pays, et aussi de ses convictions. Un homme a l’abri du matérialisme et qui "voulait être connu tout en restant inconnu".
Le livre m’a plu car il m’a fait voyager. J’ai parcouru des milliers de kilomètres en 300 pages. Le seul bémol c’est l’absence de cartes, qui parfois faisaient défaut pour bien cerner toutes les subtilités.
Par contre, j’ai bien apprécié la présence de photos, qui permet de bien visualiser le personnage. Et finalement  j’ai peiné à tourner les dernières pages, car le livre est quand même bien complet et permet de pratiquement tout savoir sur la vie de l’homme et de s’y attacher. Petit pincement au coeur quand je suis arrivée à la fin. Lawrence d’Arabie et moi, c’est fini. Pourquoi?
Bon pas si grave, il parait qu’il était homo (mais gentleman, séducteur et plein d’humour avec les femmes) et a vécu sa sexualité d’une façon particulière. Dans le livre, Michel Renouard nous explique que Lawrence a été élevé par une mère très stricte et religieuse, et que Lawrence avait une conception différente des rapports physiques. Le corps était plus embarras qu’autre chose, l’homme se voyait plus comme esprit que comme enveloppe matérielle. Bref, chacun sa conception, et lui seul aurait pu nous l’expliquer. Mais intéressant de savoir les affections amoureuses qu’il a pu avoir.
Mais Lawrence a aussi été enlevé, torturé et violé lors d’un voyage. Et l’auteur nous explique que certains experts pensent que ça a perturbé Lawrence et qu’il en aurait tiré du plaisir et peut-être même un certain goût pour le masochisme. Alors ça, par contre, ça m’a choqué. Que le type adore le masochisme, c’est peut-être un détail à nous indiquer, même si je m’en fiche totalement. Mais de là à dire qu’on prend son pied pendant un viol, ça passe plus difficilement. Alors oui Lawrence a certainement une vision du sexe différente, mais un viol reste d’une extrême violence et brutalité.  Je veux bien comprendre qu’il ait peut-être eu des troubles psychiatriques, qui aient pu expliquer que les conséquences du viol ait été particulières dans son cas (mais on parle ici de gros troubles, alors que Lawrence semblait quand même équilibré vu le boulot qu’il a fait), mieux vaut alors vraiment en élaborer un chapitre en nuançant plutôt qu’en quelques lignes. Donc que des experts (non pas Michel Renouard) résument ainsi m’a énervé.
Autre détail: quelques fois l’auteur nous présente un panel de personnalités (ici le manque de portraits photo s’est fait ressentir), et il mentionne qu’ils sont polyglottes à chaque fois! Une fois ça va, mais tout le temps… J’imagine que des anglais haut placés ont pour obligation de l’être en occupant de tels postes, donc cela me paraissait un peu superficiel de l’indiquer.
Ce livre est une belle découverte, qui a répondu à mes attentes par la rigueur et l’écriture, et par sa densité. On ne le lit pas sans un minimum de concentration car tout est précis et l’auteur va à l’essentiel. Mieux vaut quand même suivre pour bien comprendre. Néanmoins, on ne s’ennuie pas et le récit est rythmé. Curieusement, on ressent quand l’auteur s’emballe, nous embarquant dans les voyages de l’intrépide et indépendant Lawrence, et aussi quand il prend le temps de nous expliquer de façon plus académique le passé de l’homme.
J’ai bien aimé car je m’intéresse à cet univers et aux biographies, et le destin d’un tel homme ne peut laisser indifférent. Mais il me semble que l’ouvrage contentera un public aux attentes spécifiques, et avec un certain goût pour les intrigues politiques. L’auteur s’appuie sur les textes de Lawrence (les sept piliers de la sagesse notamment) mais aussi sur d’autres références listées en fin de volume, qui apportent un aspect très scientifique à l’ouvrage. A la fin on retrouve également des repères chronologiques. On ressort de la lecture avec plus de connaissances sur cette époque, et aussi un aperçu du temps de la première guerre mondiale vécue en Orient, un aspect que je ne connaissais pas du tout et qui m’a permis de mieux cerner encore l’histoire de notre monde.
«Tous les hommes rêvent mais pas de la même façon. Ceux qui rêvent de nuit s’éveillent le jour et découvrent que leur rêve n’était que vanité. Mais ceux qui rêvent de jour sont dangereux, car ils sont susceptibles, les yeux ouverts, de mettre en œuvre leur rêve afin de pouvoir le réaliser. C’est ce que je fis.»
Derrière le héros mythique, joué par Peter O’Toole dans le célèbre film de David Lean, se cache un personnage complexe, non exempt de zones d’ombre. Archéologue et agent de renseignement, homme d’action et auteur des Sept Piliers de la sagesse, Thomas Edward Lawrence (1888-1935) se disait «à moitié poète», se voulait «intouchable», et mourut prématurément dans un accident de moto. Ce livre retrace la vie et les aventures de l’insaisissable Lawrence d’Arabie, dont Winston Churchill affirmait qu’il était «un des êtres les plus extraordinaires de son temps».
intéressant
Merci à Livraddict et à Folio!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression