jeudi 24 janvier 2013

Persepolis tome 3 de Marjane Satrapi


Persepolis-Tome-3
Dès le tome 2 reposé, j’ai enchaîné avec le tome 3 et encore une fois j’ai profité d’une bande dessinée pertinente et intéressante.


Dans le dernier volume, on restait sur la vision des parents de la jeune fille l’accompagnant à l’aéroport pour l’emmener en Autriche. On la retrouve donc dans ce monde européen, source de curiosité mais aussi de désillusions pour Marjane.
Dès le début, le ton est donné. L’enfant est éjectée de sa famille d’accueil et doit se rendre dans un foyer de bonnes soeurs, et partager une chambre avec une fille qui ne parle pas le français.  Tout au long du récit le barrage culturel va s’accentuer et Marjane va tatonner à trouver ses repères.
Sans parents, la vie est dure pour cette adolescente qui doit se construire et essaye de se trouver un cercle d’amis.
Encore une fois, j’ai ri et j’ai été peinée par les multiples mésaventures de Marjane, incomprise dans un univers tellement décalé du sien. Son quotidien en Iran est tellement différent qu’on la soupçonne d’être une menteuse. Dans cette bande-dessinée elle partage aussi ses angoisses d’enfance, comme la transformation de son corps. Et puis le remord de ne pas être celle qu’elle devrait être.
Marjane a toujours cette finesse et cette pertinence, qui frise avec l’insolence de sa vérité. On aime, on comprend mieux en la lisant à quel point il est difficile de s’intégrer quand on débarque dans un autre pays, et qu’on sort d’une histoire douloureuse. Ca donne envie de tendre la main à ces gens, de leur dire que non, tout le monde n’est pas comme ça.
A lire, vraiment. Encore une fois un coup de coeur énorme pour cette bande-dessinée.
Dans ce troisième tome, revoilà la petite Marji… À la fin du précédent volume, Marjane Satrapi quittait ses parents et s’envolait pour l’Autriche, loin de la révolution islamique et de ses excès.
Nous la retrouvons donc sur le sol autrichien, hébergée par des amis iraniens. Nous sommes en 1984. Marji est curieuse de découvrir cette Europe "laïque et ouverte", qu’elle espère différente de l’Iran et de son quotidien corseté par la morale et la religion. Mais elle va vite déchanter…
Ballottée de famille d’accueil en foyer de bonnes sœurs – d’où elle se fera expulser pour avoir répondu un peu trop vertement à une réflexion blessante –, Marji doit surmonter la différence de langue et de culture qui rend son intégration difficile.
"Persepolis" T.3:

gros coup de coeur

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression