vendredi 15 février 2013

Epouses et concubines de Su Tong


1045357_9824870
Dans la Chine des années 20, Songlian, à seulement 19 ans, est forcée de se marier avec un cinquantenaire après la mort de son père. Elle rejoint son foyer où vivent déjà 3 autres concubines. Impressionnable, elle essaye de se faire à sa nouvelle vie, et aussi à ses nouvelles voisines.

L’écriture est très imagée et quelque part poétique. Bien que le récit soit court, on entre vite dans l’intrigue de cette chinoise, à travers ce huis-clos.
Courte d’une centaine de pages, l’histoire nous emmène dans les intrigues des épouses, avec chacune une histoire et une personnalité. Songlian, tenace et à la vive imagination est un personnage très intéressant, et ses émotions sont bien retranscrites puisqu’on s’émeut de sa vie. Quelques fois rude, comme avec sa servante Yan’er. Ou bien insolente avec Zhuoyun, Meishan et Yuru. Et encore une fois, l’auteur nous fait comprendre à quel point il ne faut pas se fier aux apparences.
Une sympathique découverte qui m’a fait passer un bon moment de lecture.
La Chine du Nord, dans les années 20. Songlian, belle étudiante de dix-neuf ans dont la famille est ruinée, accepte de devenir la quatrième épouse du riche Chen Zuoqian. Dans le huis-clos de sa nouvelle demeure, une seule loi, la séduction: la favorite de la nuit régente, le jour, la vie de la maison. Songlian, l’indépendante, sera-t-elle victime ou complice du système féodal qui commande en ces lieux?Passion, possession, et pouvoir colorent de feu et de sang ce ballet de charmes, où les quatre épouses et concubines se livrent une danse à mort pour le plaisir du maître.Un livre ramassé, fiévreux, où Su Tong, porte-parole de la nouvelle génération renoue, paradoxalement, avec la Chine ancienne. Un regard moderne qui évoque néanmoins les classiques, de Fleur en fiole d’or à Rêve dans un pavillon rouge
bien

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression