vendredi 29 mars 2013

Les aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon d’Alphonse Daudet (1870)


tartarin1
en qq motsTartarin est un fanfaron. Il vit dans une petite ville des Bouches-du-Rhône et s’y pavane, à demi endormi et envouté par ses propres rêves de chasse au lion. Mais c’est qu’à force de parler, il faut bien partir! Surtout que Tartarin est depuis bien équipé. Le voilà embarqué sur un bateau en Algérie. Qui de lui, des Tarasconnais ou des Algériens est finalement le meilleur beau-parleur?


cequejenpenseC’était le jeu de la chapelière folle, et ma lecture de février. Ironiquement je l’ai terminé fin mars. Cela c’est pour l’anecdote. Alphonse Daudet nous propose ici un conte sur les Tarasconnais, et certainement de manière plus générale sur les gens du midi. Il est de coutume de leur attribuer l’image de ceux qui parlent beaucoup et brassent du vent, mais aussi de joyeux naïfs qui ne jugent que par les apparences.
C’est donc dans un langage parlé, très en oralité et dans un accent provençal, qu’Alphonse Daudet nous raconte l’histoire de ce sacré coquin de Tartarin.
En soi Tartarin n’est pas un mauvais gars, même s’il est loin d’être une lumière. Il nous balade pendant tout le récit avec son histoire de lion, pour finalement en abattre un en fin de récit. Qui ne connait pas ce classique? Bref, on le ressent assez couillon, assez niais, surtout quand on voit le jeu des autres personnes. Comme le prince dont le jeu sent mauvais à des kilomètres à la ronde, ou la Maurienne qui fatalement n’est pas celle qu’il croit.
L’histoire est quelques fois énervante puisque prévisible. Et on suit pas à pas le pataud personnage, ressentant parfois le besoin de le secouer. Même sentiment pour les Tarasconnais montrés comme des idiots. C’est du simpliste à souhait, du caricatural à gogo mais ça marche auprès du public.
Un récit sympa, qui ne m’a pas beaucoup transporté. Mais qui est assez divertissant quand même. Et puis j’ai bien aimé la façon qu’a Daudet de s’adresser au lecteur. Un classique donc, même si je préfère l’histoire de la chèvre de monsieur Seguin. Au passage, si vous avez l’occasion de vous rendre au moulin de Daudet, c’est une balade fort agréable ;)
les points forts
-Dynamique
-Provençal
-Amusant
les points faibles
-Une histoire qui vieillit mal par certains aspects
résumé
A Tarascon, Tartarin raconte partout qu’il est le plus grand chasseur. Pour raconter, ça, il raconte beaucoup, et pour expliquer, ça, il explique ! Mais les gens de Tarascon, eux, voudraient bien voir des preuves de son héroïsme… Alors, à force de le dire, Tartarin de Tarascon est bien obligé de partir… en Afrique, au pays des lions !
biensignature

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression