lundi 18 mars 2013

Seule Venise de Claudie Gallay (2006)


9782742755738
Suite à une rupture amoureuse douloureuse, la perte de son emploi,l’héroïne la quarantaine, désespérée, se laisse sombrer dans la dépression et la solitude.Dans un moment de lucidité, elle prend conscience qu’elle est anéantie. Elle vide son compte bancaire et décide de partir à Venise en hiver, un mois de décembre pour un ou deux mois.


Elle loge dans un vieux palais transformé en pension et géré par Luigi. Elle fait la connaisssance des autres locataires : un vieil aristocrate russe en fauteuil roulant et Carla la danseuse avec son amant Valentino. Elle occupe ses journées à visiter une Venise hivernale, humide,froide et mystérieuse. Elle y rencontre un libraire épris de sa ville et passionné de littérature ancienne. Elle passe ses soirées en compagnie du vieil aristocrate russe et se lie avec Carla la danseuse.
L’écriture de ce livre est simple et précise. Chaque mot est juste. L’atmosphère de ce roman révèle l’authentique Venise hivernale. On y découvre la lenteur, le temps qui s’écoule et cette attente de chacun des personnages qu’enfin leurs désirs secrets puissent se réaliser. L’héroïne de cette histoire ainsi que tous les autres protagonistes nous interpellent. Il y a une part de nous en chacun d’entre eux. Ils ont des blessures, des amours douloureux, des mensonges, des désirs inavoués, des espoirs. Ils nous ressemblent tellement qu’ils nous sont familiers et si touchants. On se retrouve dans chacun de leur vécu.
Ce roman est simple, beau, rempli de sensibilité et d’amour. Il nous fait beaucoup de bien. Lorsque l’on referme le livre on garde en soi une émotion vraie et une sensation de bien-être. Claudie Gallay a su nous toucher avec délicatesse et nous rappeler notre fragilité quant aux évènements de la vie. A lire absolument.
A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer. C’est l’hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l’arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l’attente du désir et de l’autre.
gros coup de coeur
Ondine

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression