lundi 29 avril 2013

La maison des absents de Tana French (2013)


9782702144923
L’inspecteur principal Mike Kennedy et son jeune collègue et coéquipier Richie Curran de la Brigade Criminelle de Dublin se voient confier une enquête un peu délicate. Un meutre a été commis à Brianstown, un nouveau lotissement sur la Côte. Une famille les Spain : le père, la mère et leurs deux enfants ont été retrouvés poignardés dans leur maison. Seule la mère est vivante et dans un état critique. Qui a pu ainsi assassiner sauvagement cette famille : un rôdeur, le père de famille avant de se suicider ? Toutes les possibilités seront envisagées et le dénouement sera inattendu.


Tana French est une auteure qui après avoir su avec ses précédents romans faire reconnaître sa valeur d’écrivain nous surprend une nouvelle fois. Aucun de ses romans n’a la même trame d’histoire. Elle se renouvelle à chaque fois avec étonnement et arrive ainsi à nous entraîner dans différents univers.
Dans ce nouveau roman on suit l’inspecteur principal Kennedy et son adjoint Richie Curran dans une enquête policière si précise, sans équivoque, ne laissant rien au hasard que cela nous donne l’impression de faire partie intégrante de celle-ci. Aucune possibilité n’est abandonnée. Un travail minutieux et des investigations dans un contexte de crise économique en Irlande qui ne facilitent en rien les recherches d’éléments ou de preuves permettant d’élucider le crime.
Tana French nous emmène au-delà de ce que proposent habituellement les romans policiers. C’est un thriller qui décrit un travail d’enquêteur astreignant, compliqué et que seul l’acharnement à vouloir connaître la vérité et le professionnalisme des enquêteurs peuvent amener à trouver le ou les coupables.
Dans ce livre il n’y a pas de héros ni de super héros. Juste des victimes pour les uns de l’assassin, pour les autres d’une vie difficile dans un pays en déclin suite à cette crise économique. Ce dernier livre de Tana French est d’une justesse et d’une précision d’orfèvre. Dès que l’on commence à le lire on ne le lâche plus jusqu’au bout. Aucune longueur, aucun superflu, juste une vraie enquête policière dans un contexte de délabrement économique et humain. On retrouve lors de cette lecture les réalités de notre vie contemporaine même si celle du roman se passe à Dublin.
Tana French a cette particularité de toujours intégrer à ses romans l’aspect psychologique de ses personnages. Son dernier roman souligne une vraie maîtrise de narrateur et une réelle maturité d’écriture. Elle n’a rien laissé au hasard et le lecteur l’accompagne du début à la fin de son histoire sans temps mort.
 De l’excellent travail, un très bon roman et une réelle finesse dans sa connaissance de la psychologie humaine et cela avec une impression de simplicité narrative trompeuse. Un grand écrivain qui confirme une nouvelle fois son talent.
A lire absolument car mérite largement d’être lu. Pour ceux qui ne connaissent pas cette auteure vous pouvez sans réticence lire "La mort dans les bois", "Comme deux gouttes d’eau" et "Les lieux infidèles". Coup de coeur pour ce livre mais en réalité pour l’ensemble de son oeuvre.
Ondine.
gros coup de coeur
Broken Harbour, un lotissement fantôme à quelques encablures de Dublin ; un chantier laissé à l’abandon, où de braves gens ont englouti leurs économies avant que les promoteurs et les banques fassent faillite.
Autrefois, cette petite ville accueillait l’été les ouvriers dublinois, quand quelques jours au bord de la mer d’Irlande dans une caravane de location suffisaient à faire d’eux des princes. Depuis, le désespoir a grignoté l’air et contaminé les esprits. Dans une maison sur le rivage, Patrick Spain et ses enfants sont morts, sa femme Jenny a été grièvement blessée.
Or, l’enquête policière n’aboutit pas à une conclusion simple. Si la maison est immaculée, les murs sont percés de trous, on y a dissimulé des caméras partout. La scène du crime ne raconte pas qu’un fait divers tragique. Il y avait bien un mystère, chez les Spain…

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression