mercredi 24 avril 2013

La petite Malika de Habiba Mahany et Mabrouck Rachedi (2010)


Petite-Malika
en qq motsLa petite Malika est une surdouée qui vit dans une cité de banlieue. De 5 à 26 ans, elle livre ses impressions sur son quotidien et son sentiment de décalage.


cequejenpensePas facile de vivre dans une cité de banlieue, encore plus quand on possède un quotient intellectuel élevé. Le quotidien de Malika n’est pas chose aisée, et elle doit faire face à de nombreux obstacles, comme celui de sa mère qui refuse de lui faire sauter une classe de peur qu’elle ne tombe enceinte, ou l’incompréhension de ses camarades lorsqu’elle utilise des termes un peu complexes.
Malika réfléchit plus vite que les autres, a beaucoup plus de facilités et essaie de rester dans le décor afin de ne pas attirer l’attention. Malgré tout, elle réussit à avancer vers ses rêves.
Chaque chapitre de ce livre représente une année, et on prend donc connaissance de la vie de l’enfant graduellement. Un procédé intéressant, servi par une écriture fluide. On peut dire que Mabrouck Rachedi et Habiba Mahany nous ont écrit ici une bien belle histoire. A plusieurs moments, j’ai souri voire ri devant la cocasseries des mésaventures de Malika (il faut dire qu’elle a un sacré tempérament et que ses réflexions ne laissent pas indifférents).
Mais certains détails pêchent un peu et c’est bien dommage. Tout d’abord, on a affaire à une surdouée donc normalement ses impressions devraient traduire cette particularité et l’on devrait la ressentir dans l’écriture. J’aurai bien vu le même procédé que dans le livre "Des fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes (de façon moins extrême évidemment ). Ensuite j’ai trouvé quelques moments assez simplistes, comme dans le cas du couple homosexuel.
Ensuite je ne sais pas comment me positionner par rapport aux ressentis qu’elle a de la banlieue, ni quelle image voulaient en donner les auteurs. J’ai envie de dire que tout est trop lisse pour vraiment nourrir ma curiosité et que certains éléments ont manqué. Parfois c’était assez impersonnel, donc j’ai eu un peu de mal à m’attacher à Malika.
Mis à part cela, le livre reste distrayant à lire si on a quelques heures de libre. Et le fait d’inclure le petit Malik donne envie de découvrir le livre dont il est issu. Malin.
les points forts-Ecriture fluide
-Accessible
-Un aperçu d’une cité de banlieue
les points faibles-Histoire peu profonde
-Douance assez simpliste
résuméDès 5 ans, Malika est repérée pour ses dons exceptionnels. Pour elle qui tient les comptes de la famille, les jeux de maternelle sont… enfantins. Comment s’épanouir dans un milieu sourd et aveugle à ses talents ? Avec une mère persuadée que « précoce » est synonyme de « grossesse précoce » et qui refuse que sa fille saute une classe. Trop mature pour ses copines, trop singulière pour les adultes, Malika cultive sa différence. A 13 ans, son destin bascule, lorsqu’elle se retrouve isolée dans une chambre d’hôpital. Entre la vie et la mort, elle découvre Nietzsche et la philosophie qu’elle expérimente avec un enthousiasme qui déborde parfois. Ecrit à deux voix par des enfants de la banlieue, La Petite Malika est un roman plein de fraîcheur et de drôlerie qui évoque avec délicatesse la difficulté de grandir.
pas malsignature

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression