vendredi 12 avril 2013

Le tueur #1: long feu de Jacamon & Matz (2000)


9782203389168
en qq motsLe tueur, planqué dans un appartement, attend la venue de sa victime. Il ressasse ses débuts.


cequejenpenseJ’ai récupéré cette bande-dessinée aux 48 heures de la bande-dessinée. L’ambiance assez sombre de la couverture et l’envie de connaitre plus en détail la vie d’un mercenaire m’emballait.
Le tueur est donc caché, en train d’attendre sa prochaine victime. Sauf qu’elle met du temps à venir. Alors il doute: est-ce le bon endroit? Est-ce un piège? Il tourne en rond, ne peut pas allumer la télévision pour ne pas se faire repérer. Et puis il repense à ses débuts, à quelques uns de ses dossiers.
En fait, c’est un tome introductif dans tous les sens du terme. Ici, les auteurs posent l’histoire. Et on assiste donc à de nombreux flashbacks, qui se révèlent être les seuls moments d’action de l’histoire (hormis la fin, mais bon, il fallait quand même bien qu’il se passe quelque chose à l’instant T).
Les dessins sont sympas, stylisés et agréables. L’ambiance est un peu glauque et sombre avec les tonalités verdâtres. On note un certain rythme, puisque sans que cela soit le nirvana, il y a de l’action. Mais je n’ai pas été vraiment séduite par l’ensemble.
Par moment je trouve le tueur un peu moralisateur et stupide, notamment quand il nous assène ses quelques vérités. Ce mec se sent à côté de la société et ils nous balance quelques trucs assez simplistes.Tout le monde est manipulé et alors pourquoi ne pas tuer pour se payer une île, n’est-ce pas? De toute façon tout le monde se fiche de tout le monde, on parle de gentillesse mais le monde entier nous entube. Alors voilà, comme on nous ment, comme même les gens gentils d’apparence deviennent des salauds, je vais faire comme eux et devenir un connard en me faisant payer pour régler les comptes d’autrui. Et vous savez, se faire des milles et des cents en tuant dans le dos, c’est vachement difficile car on est vite coursé. En plus je ne peux même pas dépenser mon argent, vous vous rendez compte? Sinon ce serait chelou alors je me paie une île pour passer des jours cools dans un proche avenir.
Non mais allo quoi? T’es mal dans ta peau, tu trouves pas ta place et en plus tu te justifies de la pire façon qu’il soit, en mettant la faute sur la société?
Bref, vous l’aurez compris: le discours du tueur ne m’a vraiment, mais vraiment pas convaincu. Certains le décrivent comme attachant, mais en quoi c’est "attachant" de bousiller des vies, et d’en plus rejeter ses responsabilité sur l’humanité?
J’attendais un peu plus de l’histoire d’un tueur, notamment comment il a pu acquérir un tel sang froid. Parce que son premier meurtre, il l’a fait sans faillir et de manière barbare. Mais ça ne l’a pas plus choqué que ça. Normal quoi. Il parait qu’il y a des gens qui naissent sans émotions…ce sont les psychopathes il me semble. Donc l’individu pourrait en être un. Mais, pour autant, il me laisse de marbre.
Et puis ce genre de monologues internes, à se ressasser sa vie, s’auto congratuler et cet air de mépris et de retrait comme si ce n’était qu’un rouage dans un système, et qu’en plus d’en avoir conscience il ne se remet pas en question…
Je poursuivrai ma lecture à l’occasion, si j’en ai l’opportunité. Mais comme la personnalité du personnage ne m’a pas plu (en plus de son physique, mais ça c’est encore une question de goût), l’aventure s’arrête ici. Merci quand même aux 48 heures de la BD de m’avoir offert l’opportunité de découvrir cet ouvrage.
les points forts
-Illustrations sympas
-Histoire dynamique
-Personnage principal stupide
les points faibles
-Moralité douteuse
-Trop de flashbacks
résuméHomme solitaire et froid, méthodique et consciencieux, le tueur ne s’embarrasse ni de scrupules ni de regrets. Tapi dans l’ombre, il guette sa prochaine victime. Plus l’attente dure et plus il s’énerve. Si les cartes sont truquées, il n’en sait rien encore. Gare aux éclaboussures.
déception
signature

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression