lundi 22 avril 2013

Les couleurs de l’espoir de Julie Kibler (2012)


tumblr_mjwxatpLID1qcci0po1_500
Isabelle 89 ans demande à sa coiffeuse Dorrie de la conduire du Texas à Cincinnati pour qu’elle puisse participer à des obsèques. La jeune noire accepte d’emmener la vieille dame blanche et distinguée aux funérailles. C’est ainsi qu’au cours de ce long périple elle apprend à mieux connaître la vieille dame. Isabelle lui raconte qu’à 16 ans elle a eu une histoire d’amour avec Robert le fils de sa gouvernante noire. Une histoire passionnelle, malgré son jeune âge, impossible et non envisageable dans cette Amérique ségrégationniste.


A travers le récit de sa vie on découvre Isabelle une jeune fille blanche qui se débat dans une communauté fermée et si intransigeante à la différence de l’autre qu’elle détruit tout ce qui n’est pas compatible avec leurs règles morales et sociétales. On suit lors de cette histoire cette liaison interdite entre Isabelle et Robert. Ils subiront les réactions extrêmes et violentes de leurs proches qui en voulant préserver un paraître et le "socialement correct" finissent par détruire la vie des deux protagonistes.
Ce livre est le premier roman de Julie Kibler. Il se lit avec aisance et facilité. On se laisse prendre par l’histoire sans problème comme si quelqu’un nous racontait sa vie. Même si le roman n’est pas extraordinaire il nous fait comprendre que toute interdiction et tout véto posés par des communautés qui n’arrivent pas à accepter les différences qu’elles soient de couleur, de religion, de race ou autre n’engendrent que douleur, souffrance, violence, traumatisme et destruction et cela uniquement par bêtise et intolérance.
On pense injustement que ce genre de problème est révolu dans notre société actuelle. Loin de là, la preuve en regardant autour de nous. Le spectre de la bêtise, de l’intransigeance et de l’intolérance est toujours aussi présent et d’actualité. Il occasionne toujours et encore autant de dégâts.
Même si ce livre n’est pas un coup de coeur de ma part il mérite d’être lu. Il pose une réalité que l’on trouve non seulement dans l’Amérique profonde mais dans beaucoup d’autre pays dit civilisés et qui sont encore le lit du racisme, de l’homophobie et de l’intolérance à la différence.
Ondine
Au Texas, Dorrie, coiffeuse noire, a noué une relation tendre et complice avec l’une de ses clientes, Isabelle, vieille dame blanche de quatre-vingt-neuf ans. C’est donc tout naturellement qu’elle accepte de la conduire jusqu’à Cincinnati pour de mystérieuses funérailles. Au fil des kilomètres, Isabelle va lui dévoiler les secrets de son histoire : à seize ans, dans une ville régie par la ségrégation, elle est tombée amoureuse de Robert, le fils de sa gouvernante noire…
pas mal

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression