lundi 15 avril 2013

Quand la nuit de Cristina Comencini (2012)


couv4414764
Marina décide de partir pur un mois en vacances avec son fils Marco  âgé de deux ans dans les Dolomites. Elle loue un appartement à Manfred un guide de montagne. Marina est une jeune femme remplie de doute, de fragilité et dont la naissance de son fils a accentué son impatience, ses maladresses, sa violence et ce sentiment à la fois d’amour et de haine envers le petit Marco. Manfred qui a été élevé par son père avec ses deux frères car leur mère les a abandonné, est divorcé et père de deux enfants. Il est rustre, misogyne, intransigeant et implacable.


Le roman de Cristina Comencini raconte la solitude de ces deux êtres qui à force de s’affronter dans leurs différences finissent par créer un lien entre eux. Ce lien tissé de leur solitude, leurs souffrances, leurs égarements, leurs désamours de soi engendre un regard réciproque sur eux-mêmes où il n’y a pas de place à la triche, au semblant ou au paraître. Ce lien se transforme en un lien d’amour indéfectible. Même si à la fin du séjour chacun des deux protagonistes retournent à sa vie, aucun des deux n’oubliera l’autre.
Avec ce roman Cristina Comencini nous parle de sentiments que nous connaissons tous mais dont nous parlons peu. C’est une très belle histoire qui raconte avec une grande pudeur, beaucoup de justesse et de lucidité bienveillante la difficulté à trouver son équilibre et sa place dans une vie sociale où les écorchures du coeur ont peu de place.
Je vous conseille de lire "Quand la nuit" car on s’y reconnaît tous un peu tel que nous sommes imparfaits et tellement humain. Une très belle histoire d’amour, de désespérance et de désir. A lire car très intéressant et mérite que l’on prenne le temps de s’y arrêter.
Ondine.
Marina se sent abandonnée, dort peu et s’en veut de ne pas être la mère parfaite qu’elle rêverait d’être. Un été, elle décide de partir seule en vacances avec son fils de deux ans, dans un petit village reculé des Alpes, à la frontière autrichienne. Son mari ne la rejoindra que plus tard. Elle loue le premier étage de la maison d’un montagnard, Manfred, homme sauvage et taciturne qui a grandi dans un refuge. Ses deux frères et lui ont été élevés à la dure par leur père, car leur mère, n’en pouvant plus de cette vie morne et silencieuse, s’est enfuie avec un Américain de passage. Manfred, plus encore que ses frères, marqué par l’absence maternelle, incapable du moindre geste de tendresse, voue aux femmes une haine profonde, et Marina va très vite attiser son animosité et ses frustrations. Lorsqu’un soir l’enfant est blessé, Manfred se met sur la piste d’une vérité inavouable, qui révélera bientôt sa propre part d’ombre…
intéressant

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression