dimanche 21 avril 2013

Sweet sixteen d’Annelise Heurtier (2013)


couv9051470
en qq motsSeptembre 1957. 9 élèves noirs sont autorisés à étudier dans un lycée réservé aux blancs, à Little Rock dans l’Arkansas. Une tentative d’intégration nationale qui va se dérouler dans le sud des Etats-Unis, très conservateur. Molly, 15 ans, est l’une d’entre elles. Et c’est sous les huées et les appels à la violence qu’est promise sa rentrée. Une histoire basée sur des faits réels.


cequejenpenseCela fait quelques jours que je le vois tourner sur la blogosphère. Aussi quand je l’ai vu proposé à une masse critique de Babelio, je n’ai eu d’yeux que pour ce livre. Comme je ne le regrette pas! Je précise que les romans jeunesse et moi, ça fait deux. Pour moi, les univers se limitent souvent à de la fantasy, des vampires, des romances et d’ailleurs je n’arrête pas de les confondre avec le Young Adult. Ce livre a tout simplement levé mes préjugés sur cette catégorie.
D’ailleurs je tiens à mentionner la qualité de la couverture qui est tout à fait en accord avec l’histoire. Elle est en relief, et y figurent en haut le visage des deux principales protagonistes, ainsi que le bus. Et dessous "réservé aux blancs" et "colored people". Moi qui en ai lu une bonne partie en marchant, je me suis demandée tout au long de ma balade ce que pensaient les passants de la couverture avec ce fameux "réservé aux Blancs".
On suit donc l’histoire de Molly, l’adolescente noire, et Grace, l’adolescente blonde. Les témoignages alternent, dans des chapitres symbolisés par le nom de l’enfant et son portrait. On les voit évoluer, se poser des questions et vivre leur vie d’ados à cette époque, dans la rudesse d’un quotidien empoisonné par la violence dû à la ségrégation.
Molly est entourée de sa mère et de sa grand-mère. Alors qu’on pourrait croire que les seuls opposants sont les blancs, elle doit aussi faire face à la solitude face aux noirs qui redoutent une surenchère de violence et des représailles à leur encontre pour avoir voulu accéder aux même droits. Molly ne plie pas, mais parfois s’effondre pour mieux se relever.
Grace est la classique mignonne blonde bourgeoise. Un peu larguée dans un conflit dont elle n’a rien à faire puis qui va devoir quand même être obligée de se poser des questions. Puisque c’est bien dans sa classe à elle, qu’une enfant noire fait ses études et est la proie des autres.
En lisant ce récit, on est rapidement touché par leur histoire. Annelise Heurtier rédige sans pathos et avec délicatesse. Il n’y a pas d’interférence, on est réellement plongé dans leur vie, sans pour autant être submergé par des états d’âme larmoyants qui auraient pu parasiter le message. J’ai beaucoup apprécié cette pudeur qui permettait ainsi  d’avoir une approche plus mesurée du récit, et d’être plus réceptif aux rebondissements.
Molly et Grace sont deux enfants inventées par l’auteur. Mais l’histoire est basée sur des faits réels. En 1957, Little Rock doit accueillir 9 enfants noirs dans son lycée. L’Arkansas, un Etat du Sud où les mentalités des ségrégationnistes sont bien ancrées. L’histoire est illustrée de faits réels, comme le lancer de chili, ou le lynchage d’un jeune noir. Le lynchage…comment est-il humainement possible de vouloir à ce point s’en prendre à un individu? L’épisode sur le terrain de sport est terrifiant avec ces femmes en furies, des blanches mondaines et bourgeoises bien mises qui veulent s’en prendre à une gamine et sont prêtes à escalader un grillage pour y arriver! Toute l’horreur de l’être humain faite femme. Et encore, la ligue des femmes blanches a d’autres tour dans son sac. Et je ne parle même pas du fameux effet de groupe (ou de meute) qui exacerbe l’agressivité de la population et des humiliations quotidiennes qu’elle fait subir aux noirs.
Que de violence qui déstabilise et dégoute mais qui est réelle, qui a existé et continue d’exister. Et qui a encore un parfum d’actuel à notre époque. Cette haine de la différence, et cette volonté de toujours considéré untel comme inférieur et ne méritant pas les mêmes droits.
"Sweet sixteen" c’est aussi le moment symbolique pour les petites filles américaines qui fêtent ainsi leur entrée dans la vie d’adulte, et qui va être quelque peu bousculé par les événements. Alors quel était le quotidien de ces 9 enfants noirs? Comment s’est déroulée leur rentrée scolaire, dans cet Etat fortement opposé à la fin de la ségrégation? Dans quelle mesure? Et comment se comportaient les adultes et les enfants blancs en 1957?
Aussi curieusement que cela puisse paraître ce récit est jeunesse. Je suis peu habituée à en lire, mon dernier coup de cœur remontant à une lecture d’adolescence: A la croisée des mondes. Mais celui-ci m’a véritablement séduite, et je pense que dans la tête d’un enfant la confrontation des deux vies de Molly et Grace lui fera comprendre à quel point il a été dur d’amener à faire vivre égalitairement deux êtres humains dont la différence se réduit à la couleur de peau. Rien n’est inné, et de nombreux combats méritent d’être menés pour permettre à chacun d’accéder aux mêmes droits que d’autres. A découvrir dans ce livre dur et tragique, enrichissant et poignant.
Merci à Babelio et Casterman pour ce partenariat. Un livre jeunesse que j’ai énormément apprécié et que j’ai lu en moins de 24h.
tous les livres sur Babelio.com
les points forts-Sans pathos
-Un récit dynamique et poignant
-Basé sur des faits réels
les points faibles-Néant
résuméRentrée 1957.
Le plus prestigieux lycée de l’Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l’aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.
Cette histoire est inspirée de faits réels
gros coup de coeursignature

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression