mardi 9 avril 2013

The curious incident of the dog in the night-time de Mark Haddon (2003)


the-curious-incident-dog-in-night-time-mark-haddon
en qq motsChristopher, autiste car atteint du syndrome d’Asperger et orphelin de mère, découvre que le chien de sa voisine est mort. A la manière de Sherlock Holmes, il va tenter de trouver le coupable.


cequejenpenseDans cet ouvrage on suit l’histoire de Christopher, un autiste de 15 ans qui a le syndrome d’Asperger. Il possède une grande intelligence mais a une vision du monde assez spécifique. Sa logique est notamment mathématique, et il prend tous les discours au premier degré. Autant dire qu’il vaut mieux éviter de lui dire qu’il va se casser les dents à faire quelque chose.
Christopher découvre un soir que Wellington, le chien de sa voisine, madame Shear, est mort, tué avec une fourche (rien que ça!) Il décide donc de mener l’enquête façon Sherlock Holmes. Le garçon est incollable sur l’auteur et les péripéties du personnage de fiction. A regret d’ailleurs, il remarque que personne ne se soucie des chiens qui meurent dans les livres.
Il décide de rédiger un journal intime, sur les conseils de son professeur Siobhan (je pense que c’est une sorte d’assistance pédagogique).  Le livre est enrichi d’illustrations qui attestent ses raisonnements scientifiques, mathématiques et ses enquêtes. D’ailleurs l’histoire de Christopher ne se concentre pas uniquement sur la mort du chien, mais nous propose une immersion dans sa vie quotidienne.
Mark Haddon, l’auteur, connait très bien l’univers des autistes puisqu’il a travaillé de nombreuses années à leur contact. Et ce livre nous retrace la vie quotidienne et simple d’un gamin, mais à travers cela il nous dévoile les différences cognitives existantes entre un individu lambda et une personne atteinte du syndrome d’Asperger.
Ainsi on pourrait les croire dans leur monde (c’est en partie vrai) mais ils perçoivent bien l’environnement, si ce n’est différemment. Ainsi Christopher, quand il débarque quelque part, ne pense qu’à l’instant présent et enregistre tous les détails, ce qui peut aller de la couleur des fleurs dans un pré au nombre de vaches qui y paissent. Il a aussi besoin de beaucoup se concentrer quand il réfléchit, et pour cela il se met dans une espèce de bulle et rogne pour atténuer le bruit alentour. Un comportement qui peut perturber un entourage.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Christopher va aussi découvrir un secret au cours du livre. Un secret qui va donner un nouveau tournant dans l’histoire. Et sur ce coup, ça m’a sacrément surpris. Et même agréablement. Sans cela, l’intrigue aurait pu retomber comme un mauvais soufflé au fromage.
Cette intrigue est bien développée puisqu’elle arrive à nous atteindre. Sur certains comportements, je pense qu’aussi j’aurai été dépassée par les événements face à certains agissements de Christopher. Parfois ses réactions sont tellement disproportionnées et dangereuses pour autrui qu’on ressent de l’énervement pour cet adolescent. Et puis on réfléchit deux minutes et on se dit que pour lui la signification n’est pas la même. Mark Haddon montre aussi certains proches gérer plus difficilement son autisme. Mais peut-on réellement leur en vouloir de ne pas avoir la sensibilité nécessaire ou la connaissance de ce mode de fonctionnement si particulier? Dans l’histoire du métro (ceux qui l’ont lu, ou le liront comprendront), je suis sûre que j’aurai très mal réagi par rapport à lui.
En fait Christopher utilise des codes différents des nôtres car il est hermétique à ce qui nous fait sens. Ainsi il peut enregistrer mille et un détails, raisonner avec grand intérêt mais tout son fonctionnement est basé sur une logique implacable tandis que la plupart d’entre nous vivons à travers des codes imposés et partagés par la majorité, et basés sur l’émotionnel. Christopher, c’est un peu le puriste face à la masse. Dans le monde actuel, il ne peut que se sentir à l’écart et être considéré comme un extraterrestre. (Pour info, le 2 avril était la journée internationale de sensibilisation à l’autisme, n’hésitez pas à consulter les actualités à ce sujet!)
Un livre encore une fois instructif, avec de nombreuses références plaisantes à Sherlock Holmes (notamment au chien des Baskerville). Il m’a même bluffé par rapport à cette histoire, avec les évidences qu’il met en lumière. Je l’ai lu en V.O., sûrement que cela a contribué au charme de la découverte. La version française existe également. C’est un roman jeunesse donc l’écriture est simple.
Voici le lien d’un autre avis (enthousiaste) sur ce livre. Egalement un autre avis là.
les points forts
-Beaucoup de références à Sherlock Holmes
-Enrichissant
-Original
les points faibles-J’aurai apprécié de voir ce livre adapté en série car la thématique et le traitement sont intéressants
résumé
Christopher a quinze ans. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Ce qu’il ne comprend pas bien, ce sont les autres êtres humains. Il aime les listes, les plans et la vérité. Il déteste le jaune et le marron. Il n’est jamais allé plus loin que le bout de sa rue tout seul. Pourtant, lorsqu’il découvre le chien de sa voisine transpercé d’une fourche, il décide de partir à la recherche du meurtrier et de s’en inspirer pour écrire un roman policier. Mais son enquête va bouleverser le délicat équilibre de l’univers qu’il s’était construit…
gros coup de coeur
signature

1 commentaire:

  1. Je viens de le lire et je vais le passer à une personne Aspie pour avoir son avis, tant qu'à faire. Je pense que le livre pourrait lui plaire tout court hors considérations d'ordre scientifique ou comparatif.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression