jeudi 30 mai 2013

La maison du Chat-qui-pelote d’Honoré de Balzac (1829)


couv60221969
en qq motsLa famille Guillaume, dont le père est marchand-drapier, vit dans une ancienne demeure dans Paris. Ils ont deux filles: Virginie et Augustine. Un jour, un jeune artiste s’attarde en face de chez eux et tombe passionnément amoureux de l’une des soeurs, au point d’en faire un portrait.

cequejenpenseParce qu’il y avait le mot "chat" dans le titre, et qu’il était question de chef d’oeuvre, j’ai cédé en voyant ce titre. Cette courte histoire se lit très vite et on y retrouve la patte de Balzac. Il paraîtrait que l’histoire est en quelque sorte autobiographique car sa jeune soeur tomba éperdument amoureux de son mari, au point d’en mourir.
L’histoire compte la vie d’un marchand-drapier fort réputé et qui connaît bien le marché. Il a éduqué ses enfants de façon pragmatique et de telle sorte qu’elles pourraient faire le bonheur de n’importe quel homme de la profession. Seulement le coeur a ses raisons que la raison ignore. Virginie, l’aînée, n’est pas aîmée par son prétendant, qui travaille et vit dans la boutique, et qui doit reprendre le flambeau. En effet Joseph Lebas préfère Augustine, la cadette, beaucoup plus jolie.  Augustine s’entiche bien vite de Théodore de Sommervieux, l’artiste. Malgré la peur de l’entourage face à une profession aussi frivole, ils se marient pour le meilleur..et pour le pire.
Quand bien même l’histoire est courte, Balzac arrive à nous peindre des personnalités intéressantes et réalistes, et à nous retranscrire un décor qui prend vie dans notre imagination avec beaucoup d’aisance. Chaque chose est bien à sa place.
Monsieur et madame Guillaume sont des marchands, ont toujours été ainsi et on ne peut leur reprocher de ne pas comprendre la profession de Théodore. Monsieur Guillaume est loin d’être bête. Même s’il est un peu pingre et dirige les affaires d’une main de fer, il connait parfaitement le marché.
Augustine est aussi un personnage dont la personnalité éclot tout au long du livre. Les informations délivrées avec finesse nous raconte l’histoire d’une fille pragmatique qui va directement à l’essentiel, notamment à cause de la stricte éducation de sa mère. Seulement, confronté au monde de l’art et de l’opulence, elle en comprend bien vite les limites. Comment faire quand la rhétorique et et le goût pour les arts n’ont pas été développés dès le petit âge? Et quelles sont les solutions pour être à la hauteur?
Augustine, qui a vécu un si bel amour, est finalement face à elle-même. Elle se donne du mal, et ne trouve pas d’issue. Il y a l’homme qu’elle aime mais aussi l’environnement qui influence ce dernier et dans lequel elle n’arrive pas à s’adapter.
Evidemment, l’histoire raconte aussi la vie de Virginie, la mal-aimée.
Ce livre, d’un savant réalisme, est écrit avec une belle finesse d’esprit. Honoré de Balzac m’a dépaysé, et en même temps m’a mis face à des interrogations actuelles sur la capacité d’adaptation, les différences de culture, le monde professionnel.
les points forts
-Finesse d’écriture
-Histoire intéressante
-Beau réalisme
les points faibles
-Néant
résumé
La Maison du Chat-qui-pelote, c’est d’abord une enseigne de boutique redoublée d’un tableau : " Une formidable pièce de bois, horizontalement appuyée sur quatre piliers qui paraissaient courbés par le poids de cette maison décrépite, avait été rechampie d’autant de couches de diverses peintures que la joue d’une vieille duchesse en a reçu de rouge. Au milieu de cette large poutre mignardement sculptée se trouvait un antique tableau représentant un chat qui pelotait. " Mais cette nouvelle, écrite en 1829 et plus tard placée par Balzac en ouverture de La Comédie humaine, est elle aussi un tableau vrai, tableau du Paris commerçant – le Marais et la rue Saint-Denis – que l’écrivain prend plaisir à peindre. Un tableau de moeurs, également, et son premier titre, Gloire et Malheur, laissait plus directement deviner que s’y jouait le destin d’une femme : " Les humbles et modestes fleurs, écloses dans les vallées, meurent peut-être quand elles sont transplantées trop près des cieux, aux régions où se forment les orages, où le soleil est brûlant. "
intéressant
signature

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression