lundi 6 mai 2013

Ulysse from Bagdad de Eric-Emmanuel Schmitt (2010)


couv4244386
Saad (en arabe espoir) est né sous le régime de Saadam Hussein dans une famille irakienne. Sa mère est dépassée, son père fantasque et lui est le plus jeune d’une fratrie de quatre filles. Il grandit dans une société irakienne qui survit au sein d’un régime où cohabitent atrocités, censure, misère, etc… Il aura accès aux livres interdits par le pouvoir car son père bibliothécaire a gardé ces livres dans sa cave malgré la loi qui lui imposait de les détruire. Saad Saad subit le régime de Saadam Hussein, l’embargo international et l’arrivée des alliés sous mandat de l’ONU tout en allant à l’école comme tout enfant.

En parallèle il supporte la perte des membres de sa famille, la pauvreté, la précarité, la faim, la survie. Il essaye de vivre dans ce monde de chaos. Il tombe amoureux de Leila et envisage son avenir avec elle. Malheureusement un tir de roquette détruit l’immeuble de la jeune femme. Elle et sa famille font parties des victimes. Le père de Saad Saad est tué par des soldats américains qui fragilisés par les attentats kamikazes l’ont pris pour un terroriste. Sa nièce préférée décède dans ses bras faute de soins médicaux car sa famille ne peut se payer un médecin. La mère de Saad Saad le supplie d’émigrer en Angleterre afin qu’il puisse aider financièrement les siens. En réalité elle a peur pour lui et veut qu’il quitte ce pays de désolation. Ainsi avec beaucoup de péripéties plus ou moins mouvementées et dangereuses, il traverse l’Irak, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Libye, la Tunisie, l’Italie, la France et finit par atteindre l’Angleterre.
Ce long voyage est rempli de rencontres diverses, inattendues et de travail au noir pour envoyer l’argent aux siens et payer les passeurs. Pourtant Saad Saad persévère car pour lui l’Angleterre est un pays où il veut vivre et s’installer. Cela devient son combat, sa quête permanente, une sorte de mirage de vie meilleure et d’un avenir prometteur, presque l’Eldorado.
Je ne vais pas vous raconter les rencontres de Saad Saad et ce long cheminement pour arriver à cet Angleterre tant espéré et idéalisé. Il faut beaucoup de courage, d’abnégation et surtout avoir en soi l’espoir d’un monde meilleur pour survivre à un tel périple. Surtout que cette fameuse et utopique terre d’accueil lui propose la même précarité, pauvreté et difficulté à survivre car il reste un "sans papier" obligé de vivre clandestinement, de travailler au noir et de vivre dans un logement insalubre. La seule différence avec sa vie irakienne est qu’il ne risque plus sa vie à chaque moment et qu’il peut aider sa famille financièrement.
Le livre d’Eric-Emmanuel Schmitt raconte avec simplicité et réalisme l’émigration. En nous faisant le compagnon de route de Saad Saad, il touche avec pudeur et dignité la réalité des émigrés qui non seulement ont fui leurs pays pour survivre, pour un meilleur ailleurs mais qui au péril de leurs vies poursuivent un chemin chaotique et dangereux afin de réaliser ce rêve.
Cela donne à réfléchir et à voir les "sans papiers" autrement et en parallèle devrait nous faire apprécier notre quotidien dans une démocratie existante. Grâce au voyage de Saad Saad, Eric-Emmanuel Schmitt donne un aperçu juste des motivations des émigrants qui ne peut laisser le lecteur indifférent. A lire car le roman est intéressant. Il ne peut que nous rendre humble quant à la réalité de vie des clandestins.
Ondine
«Je m’appelle Saad Saad, ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste.» Saad veut quitter Bagdad, son chaos, pour gagner l’Europe, la liberté, un avenir. Mais comment franchir les frontières sans un dinar en poche ? Comment, tel Ulysse, affronter les tempêtes, survivre aux naufrages, échapper aux trafiquants d’opium, ignorer le chant des sirènes devenues rockeuses, se soustraire à la cruauté d’un geôlier cyclopéen ou s’arracher aux enchantements amoureux d’une Calypso sicilienne ? Tour à tour violent, bouffon, tragique, le voyage sans retour de Saad commence. D’aventures en tribulations, rythmé par les conversations avec un père tendre et inoubliable, ce roman narre l’exode d’un de ces millions d’hommes qui, aujourd’hui, cherchent une place sur la terre : un clandestin. Conteur captivant, témoin fraternel, Eric-Emmanuel Schmitt livre une épopée picaresque de notre temps et interroge la condition humaine. Les frontières sont-elles le bastion de nos identités ou le dernier rempart de nos illusions ?
intéressant

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression