dimanche 30 juin 2013

La fresque d’Eliane Serdan (2013)


lafresque
Résumé du livre
À Sienne, dans la dernière décade du XVe siècle, Pandolfo Petrucci prend le pouvoir. Ce despote cynique reste en butte à l’opposition de quelques grandes familles. La découverte d’un complot, en décembre 1496, marque le début d’une répression sanglante qui contraint Gian Di Bruno à fuir la ville.
Trahi par ses proches, il se réfugie en territoire florentin, sur le Casentino, dans la demeure inhabitée de son ami Paolo. C’est le début d’un exil qu’une servante, un chien et quelques messagers ne peuvent distraire.


La rencontre de l’amour en Lelia Chiarimonti, malgré l’illusion d’un bonheur passager, participe de la perte progressive de tous ses repères. L’entraîne même à trahir son code d’honneur et à subir jalousie et solitude.
Au terme du voyage intérieur, alors qu’il a tout perdu, et qu’il se sent désormais plus solidaire des arbres que des hommes, l’écriture, enfin, lui permet de donner un sens à sa vie.
Comme le vieux frêne solitaire et dénudé qu’il contemple devant la maison et dont les samares ont attendu l’hiver pour mûrir, il entre dans sa dernière saison, celle où il va porter ses fruits.
Impressions d’Ondine

Grâce à l’écriture, Gian Di Bruno arrivera enfin à dompter sa solitude et à retrouver une paix intérieure dans laquelle son amour pour Lelia semble plus serein.

Avec son livre "La Fresque" Eliane Serdan nous raconte une histoire humaine. Un homme, qui a dû tout abandonné pour des raisons politiques et de survie, se retrouve isolé et seul avec lui-même. Il semble ne plus rien attendre de la vie quand il rencontre l’amour à travers une femme jeune, mariée et volage. Il pense qu’au soir de sa vie, il a une nouvelle chance de vivre des moments de bonheur.

C’est avec beaucoup de pudeur, de tendresse et de vérité que l’auteure nous embarque dans une histoire intimiste.

Le récit est court mais intense en émotions diverses et amène le lecteur à une réelle réflexion quant au sens réel de l’existence. La question qui effleure nos lèvres à l’issue de la lecture pourrait être pour nous tous : Qu’attendons- nous réellement de l’existence ?

A lire avec délicatesse car l’écriture est douce, délicate , juste et remplie de sentiments qui effleurent tout lecteur.

Résumé d’Ondine (attention, comporte des spoilers)

L’histoire se passe au XVème siècle. Gian Di Bruno, qui a toujours vécu à Sienne, doit quitter la ville et partir s’exiler dans la maison de son ami d’enfance Paolo. Il a participé avec quelques-uns de ses amis, tous issus de familles de notables, à un complot contre Petrucci, le despote qui règne sur la région de Sienne. Ainsi il échappe à la mort ou à l’emprisonnement.

La maison de son ami où il trouve refuge, se situe dans la campagne florentine dans le Val d’Ombra, à l’extérieur du village et à l’orée du bois. Il n’y rencontre que Lauretta la servante, une paysanne du village, qui s’occupe de la maison et des repas. Gian Di Bruno essaie de trouver ses repères dans cette vieille maison. Isolé, en fuite, il doit s’habituer à une vie austère et dénuée d’intérêt. Il passe le premier hiver bloqué par la neige avec comme seuls compagnons, des loups, qui rôdent autour de la maison. Ce temps d’isolement total réveille ses souvenirs d’enfance, de sa vie d’adulte, de ses amis qui ont disparu à la suite de la répression sanglante du nouveau pouvoir.

A la fin de l’hiver, Lauretta revient s’occuper de la maison et lui amène un chien Bagio comme compagnon. Grâce à la servante, Gian Di Bruno renoue avec une forme de vie sociale minimaliste. Il apprend avec les dernières nouvelles du village que la famille Chiarimonti, originaire de Florence, va venir habiter leur château avec son personnel.

Le printemps s’est enfin installé et lors d’une de ses promenades en forêt avec le chien Bagio, il croise la châtelaine Lelia Chiarimonti. Celle-ci vient le débusquer dans sa maison et finit par l’inviter aux soirées organisées au château. Lelia est une jeune châtelaine aux moeurs libertines et Gian Di Bruno tombe amoureux de la jeune femme. Cette rencontre lui fait entrevoir un nouveau et possible bonheur. Rempli d’espoir, Gian di Bruno s’illusionne à croire à ce bonheur probable et à la fois impossible car Lelia est mariée et papillonne allègrement au gré des invités du château. Le comportement de la jeune femme arrivera à le déstabiliser. Avec impuissance il persiste à s’investir dans cette relation éphémère au point où chacune de leur rencontre, le conforte dans ce mirage amoureux. Il s’éloigne de la réalité politique de Sienne où le despote Petrucci assassine les citoyens. Ses amis sont tués ou emprisonnés dans la forteresse de Massa.

Un jour, il recueille Giovanni, un moine qui est en recherche de feuilles de frêne pour l’herboriste du monastère. Il retrouve en cet homme un vrai compagnon et une vraie relation. Ses valeurs humaines d’antan reprennent vie en lui. Un réel échange intellectuel s’instaure entre les deux hommes. Gian Di Bruno retrouve grâce à Giovanni une réflexion et des pensées qu’il avait occultées depuis son arrivée dans son refuge.

Après le départ du moine, il reprend le cours de sa vie. Lelia qui est volage et inconstante finit par se lasser de lui. Il se rend compte que cette relation le détruit petit à petit et pour échapper à ses sentiments qui le torturent, il décide de partir rejoindre le cloître.
Il passe plusieurs jours au sein de la communauté. Il apprend la vie communautaire, la connaissance de la nature grâce aux livres et à la botanique puis la solitude et la désolation de sa vie à travers l’écriture qui lui donne un nouveau sens à sa vie.

Il quitte le monastère pour rentrer chez lui et rejoindre Lelia. Malheureusement il ne la reverra plus car la famille Chiarimonti ainsi que leur personnel ont quitté le château pour retourner à Florence. Lelia ne lui a accordé aucun moment avant son départ.

Gian Di Bruno tombe malade suite à cette cruelle et définitive séparation. Lauretta s’occupe de lui et le soigne durant tout le temps où il semble vouloir mourir de désespoir. Son ami d’enfance Paolo est tué et lui lègue la maison ainsi qu’une somme d’argent.
Giovanni lui rend régulièrement visite et lui laisse des feuilles de parchemin afin qu’il puisse écrire.

Ondine

Merci à Babelio pour ce partenariat très intéressant!

intéressant
tous les livres sur Babelio.com

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression