mardi 9 juillet 2013

A l’ouest d’Olivier Adam (2007)


9782266177863
Marie, Antoine et Camille habitent un pavillon dans un lotissement. Marie, divorcée, élève ses deux enfants tant bien que mal. Elle part au travail tôt le matin et rentre tard le soir. Sa vie défile avec monotonie sans qu’elle trouve réellement sa place que ce soit au travail, au sein de sa famille ou tout simplement dans la vie. Elle finit par être une spectatrice impuissante de sa vie et ne semble plus avoir aucune prise sur celle-ci.



Antoine, son fils, 19 ans, sèche les cours du lycée, passe son temps à boire et à fumer des joints. Il perd pied tous les jours un peu plus. Il s’accroche à Léa, la vendeuse en boulangerie comme à une bouée de sauvetage. Mais sa maladresse et ses comportements limites l’isolent de plus en plus.
Camille, la plus jeune, est collégienne. Elle assiste à la dégringolade de sa mère et de son frère avec une lucidité inexorable. Elle est le témoin muet de cette famille qui se désagrège et se disloque car incapable de s’intégrer dans la société environnante. Elle est en permanence vigilante aux états d’âme de sa mère et de son frère. Elle trouve refuge et force dans les prières.
Un jour, Marie implose, craque et disparaît. Elle quitte son travail, ses enfants et s’en va ailleurs pour essayer de survivre. Elle ne donnera pas de nouvelles aux siens.
Les deux jeunes poursuivent leur cheminement dans une solitude qui finira par les anéantir. Antoine continue de s’oublier dans l’alcool et les joints espérant fuir ses démons car il n’a plus de raison, ni d’énergie pour tout simplement vivre.
Je ne raconterais pas la suite de l’histoire de ce livre. Elle se lit en toute simplicité et avec retenue. Le roman d’Olivier ADAM est juste un livre qui parle de la vie. De trois personnes en souffrance qui n’arrivent pas à trouver la force d’aimer la vie ou de l’apprivoiser pour qu’elle devienne intéressante à vivre.
Il en émane une réelle angoisse à vivre, un mal-être persistant et une lucidité qui font qu’à un moment donné une personne prendra inéluctablement une décision irrévocable car cela devient trop douloureux et insupportable. Juste et tellement indécent dans cette vision de la réalité de notre société dans laquelle il faut arriver à trouver sa place, savoir résister à tout ce qui fait mal, déstabilise, importune et engendre le rejet et cette implacable difficulté à s’y adapter.
Le livre "A l’ouest" est touchant et les personnages sont attachants et tellement sinistrés affectivement et moralement. De plus Olivier Adam est un auteur qui a travers son écriture démontre une grande sensibilité, de la tendresse et de la compassion pour ses personnages. Un livre intéressant qui doit rappeler à chacun d’entre nous des périodes de doute et d’angoisse proches pour certains à ceux des personnages.
Je ne connaissais pas l’auteur, ni ses livres. Ce fut une belle découverte. Jusqu’à présent je donnais un avis sur le roman mais pour une fois j’ai envie de donner un "coup de coeur" à l’auteur pour sa délicatesse et sa justesse à décrire la vie tout simplement.
Ondine
résumé
Marie vit dans un pavillon de la banlieue parisienne avec ses deux enfants, Antoine et Camille. Antoine a presque dix-neuf ans. Fragile, rêveur, indocile, il sèche les cours au lycée, erre dans le centre commercial de son quartier, fume quelques pétards et ingurgite des litres de vodka. Camille, elle, veille sur son grand frère, de loin, et calme ses angoisses en se plongeant dans la lecture des évangiles. Ses prières à la vierge Marie lui permettent de parler à quelqu’un de ses doutes sur la marche de ce bas monde. Quant à Marie, leur mère, elle fait ce qu’elle peut. Jusqu’au jour où elle décide de partir pour de bon, sans explications. Livrés à eux-mêmes, Camille et Antoine vont devoir reconstituer le passé familial pour comprendre leur mère.
intéressant

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression