vendredi 26 juillet 2013

Feeling good (tome 1 à 3) de Fleur Hana (2013)


zo7a

L’histoire

Sarah est célibataire depuis 6 mois. Un soir avec son groupe d’amis, ils parlent de sexualité selon les genres. Bastien lui lance le défi de coucher avec un mec juste pour une nuit. Il se trouve que la cible qu’il désigne est le futur assistant de Sarah. Mais ça, elle ne l’apprendra que le lendemain…


Mon avis

Je disais ne pas lire de romance, encore moins érotique. Une bloggeuse en a parlé dans sa vidéo en disant que c’était bien, et pensant que c’était une chick-lit, je l’ai téléchargé (c’est un ebook). Comme en plus je lis régulièrement le blog de l’auteure qui fait des chroniques de livres, j’étais curieuse de savoir ce que l’histoire contenait.
L’histoire est assez simple. Sarah fait partie d’un groupe d’amis composé de deux autres couples. Elle, elle a largué son copain six mois auparavant. Et c’est focalisation interne, donc on a le point de vue de la demoiselle de 28 ans.
Ma première surprise est la taille de l’ebook. 30 pages sur ma kobo mini. Donc le récit est très court en fait. D’ailleurs ce sont juste les infos vitales pour le récit qui sont rédigées. Pas de décor, peu d’informations sur l’entourage. On se concentre sur Sarah et ses tergiversations.
Le livre se lit facilement, car Fleur Hana sait bien écrire. C’est fluide, ça va vite, et elle sait bien gérer la trame, mais je n’ai pas particulièrement accroché.
Je précise que je ne lis jamais de romance érotique, et que celle-ci est l’une des premières (j’ai survolé 50 nuances de Grey qui ne m’a pas enthousiasmé). Mais j’avoue être assez déçue du récit.
Je suis déçue car je m’attendais un peu à un récit à la Sex in the city, plutôt marrant. Sauf qu’ici on est face à un groupe d’amis proche de la trentaine qui parle cul, et passe leur temps à boire. Et donc le décor se résume à boulot-appart-bar-discothèque.  D’ailleurs dans le livre, il n’est question que de réunions entre copines pour parler du mec, et de pensées liées au sexe. Et Sarah ne pense qu’à son nombril (ou son bas-ventre). C’est une femme régit par ses pulsions sexuelles. Elle est incapable de les contenir, au point qu’elle peut se faire culbuter dans une ruelle sordide. En fait dès que le mec est dans la pièce, elle ne sait penser à rien d’autres. Ce n’est pas le point qui me dérange mais c’est surtout la pauvreté de la personnalité de Sarah.
Il faut savoir que Sarah ne parle qu’en terme de Mantra (d’où les titres des tomes: 1er mantra2e mantra…) et que son ultime référence musicale est Feeling good de Muse.
De plus il s’ajoute la pauvreté de la personnalité de Sandro, le bad-boy ténébreux, qui est très creux. Il ne me donne pas envie d’en savoir plus sur lui, vu que lui aussi passe son temps à vouloir s’envoyer en l’air sans consacrer son temps à autre chose.
 Je n’ai pas non plus aimé le vocabulaire employé comme "Je veux que tu prennes ma queue dans ta bouche", et "je veux baiser". C’est au contraire ce qui me fait fuir sortant de la bouche d’individus, puisque peu subtile et plutôt vulgaire.
Je recommande à celles et ceux intéressés par la romance érotique de tester, peut-être que vous apprécierez plus que moi. Je ne pense pas retenter l’expérience dans ce genre avant longtemps car je trouve ces livres pauvres en profondeur. Par contre, j’ai bien aimé la plume de Fleur Hana.

♥♥♥♥♥

4e de couverture du premier tome

"Je suis célibataire, je suis sexy et je peux me faire un coup d’un soir." Forte de son nouveau mantra, voilà comment Sarah, vingt-huit ans, se retrouve embarquée dans un pari qui va la jeter tout droit dans les bras de Sandro. Très vite, elle va perdre le contrôle de la situation et se retrouver à la merci de cet inconnu au look grunge et sauvage. Entre découverte de sa sensualité et situations dangereuses, elle en oubliera qu’elle ne se résume pas à ses pulsions…

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression