mardi 30 juillet 2013

Le temps de la sorcière d’Arni Thorarinsson (2013)


arni10
Einar est reporter au "Journal du soir" à Reykjavik. Il a été muté dans la nouvelle agence de Akureyri dans le Nord de l’Islande avec ses collègues : Asbjörn et Joa. Il sera chargé de la rédaction des articles, Joa, photographe de métier, de la réalisation des photos et Asbjörn de l’entretien du bureau et de la mise en place du réseau de vente et de distribution.


Einar, ancien alcoolique, reporter reconnu, vit cette mutation comme une punition car il est loin de l’animation trépidante de Reykjavik. De plus, cela l’éloigne de sa fille Gunnsa, la prunelle de ses yeux, qui vit avec sa mère à Reykjavik.
Mais très vite, Einar est repris par la travail. Il couvre la préparation de la représentation du Club de théâtre du Lycée de Akureyri qui doit jouer la pièce "Lofteur le sorcier" à Holar, la noyade accidentelle de la femme du directeur des Confiseries Nammi lors d’une excursion-surprise, des réunions politiques, la disparition d’un lycéen, et d’autres événements plus ou moins importants. Petit à petit il retrouve son instinct de journaliste et de fin limier qu’il a toujours été.
Avec "le temps de la sorcière", Arni Thorarinsson nous fait découvrir une Islande lointaine et méconnue de nous, confrontée à des problèmes bien actuels : la croissance des villes, la politique du "toujours plus et toujours plus grand", la cohabitation des Islandais avec les différentes communautés, la drogue, l’argent facile, la perte de repère des jeunes.
Avec le personnage de Eidar, l’auteur a su nous approcher du travail et surtout de la réalité professionnelle des journalistes locaux. C’est avec beaucoup de ténacité, d’abnégation, de curiosité, d’esprit critique et de capacité d’enquêteur qu’ils peuvent mener à bien leur travail d’investigation journalistique et d’information.
Eidar est un personnage attachant qui a un regard rempli d’humour voire d’ironie sur la société, ses contemporains et sur lui-même tout en restant humain, ouvert et professionnel.
Ce roman est innovant car nous n’avons pas affaire à un policier ou un enquêteur qui est chargé d’une enquête sur des homicides ou autres. Grâce au personnage d’Eidar, l’histoire prend une ampleur plus large presque sociétale et très intéressante.
Un livre plaisant à lire, intéressant, avec des situations à rebondissements inattendus et écrit avec une grande intelligence humaine. En sus, on apprend à connaître l’Islande un peu mieux.
Je le conseille fortement car c’est un très bon livre, digne d’intérêt, étonnant même et rempli d’humour aigre-doux et de suspens.
Ondine

♥♥♥♥

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression