dimanche 14 juillet 2013

Les petits secrets d’Emma de Sophie Kinsella (2008)


Petits-secrets-dEmma
en quelquesEmma est une cachottière. Elle a trouvé un travail en mentant sur son CV. Un jour, en revenant d’un rendez-vous professionnel, l’avion traverse une importante phase de turbulences. Elle dévoile sa vie à un inconnu, croyant vivre ses derniers instants...


ce que jen penseIl n’était pas prévu que je lise de la chick lit mais j’ai eu une semaine un peu particulière avec beaucoup de petites pauses donc c’était le genre de lecture idéale et pas prise de tête pour garder ma concentration sur d’autres sujets.
 J’ai déjà lu des livres de Sophie Kinsella. Toute la série de l’accro du shopping et également le livre de Samantha bonne à rien faire qui m’a laissé un bref souvenir. Je lui reprochais, entre autre, d’être un peu trop neuneu.
 Les petits secrets d’Emma ne déroge pas à cette règle : c’est assez niais. C’est frais mais niais. Le début ne m’a absolument pas plu, à telle point que j’ai failli lâcher la lecture. Mais comme d’habitude avec Sophie Kinsella, on arrive à bien rire à la lecture de certains événements.
 Emma est une gentille fille, naïve et plutôt fraîche. En fait je me rends compte que toutes les histoires de Kinsella utilisent le même personnage, et c’est bien dommage. Comme d’habitude donc, la protagoniste est une fille comme tout le monde à qui il arrive les anecdotes les plus drôles et qui dégote toujours le prince charmant. Ah oui, elle apprécie beaucoup le shopping, les petits mensonges de la vie et a de sacrés copines.
 Avec ce livre, j’ai enfin cerné le principe de la chick-lit, c’est quand même pas mal. Emma est donc junior dans une boîte marketing d’une entreprise de soda nommé Panther. Elle va évidemment être sujette aux moqueries avant de retourner la situation. Si vous avez lu la série l’Accro du shopping, vous comprenez le système.
 Comme sous-entendu plus haut, Emma m’a à moitié touché. Certes c’est mignon, ces petites histoires. Et puis certaines péripéties sont si drôles que ça fait du bien de les lire. Mais il manque un peu de fond, un truc qui fasse que le livre soit plus intéressant. C’est bien dommage que Kinsella flirte seulement avec l’humour et ne soit pas capable de pousser plus loin ses idées. Car passé un moment, j’en ai un peu marre de voir ses protagonistes éternellement matérialistes, sans aucune formation ou connaissance et réussir au boulot uniquement car elles ont de l’humour et savent se taper les mecs les plus élevés professionnellement (et les plus canons forcément).
Donc quand on y pense, c’est une piètre vision de la femme qui est proposée. Un peu celle de la quiche bonne à cuisiner et à faire du shopping, et divertir la galerie. Bref, bref, bref….
Sans compter que la rivale (ici la cousine) est toujours une nana qui a les dents longues, qui est imbue d’elle-même, et qui évidemment va se retrouver les fers à l’air. D’ailleurs c’est toujours une de ces filles qui en veut, qui se retrouve en concurrence avec la protagoniste. J’ai envie de dire que c’est assez logique qu’une fille qui fait tout pour réussir soit saoulée qu’une femme avec le QI d’une huître puisse arriver en haut de l’échelon simplement car elle sait dire trois blagues. D’autant que dans le cas de la cousine, qui est sacrément méchante (bouh, elle vole la vedette), Emma n’a pas fait l’effort de discuter avec elle un seul instant, et forcément elle en est victime. C’est un peu l’histoire d’une victime qui se victimise.
Et puis parlons bien, parlons mecs. Emma est si évoluée, qu’elle reste avec le sien parce qu’il est beau. Donc forcément un jour elle l’aimera. Raisonnement plus bête, y’a pas…
Je suppose que lorsqu’on a lu la série phare de l’auteure, il devient difficile de réellement aimer le reste de ses œuvres car pour faire durer l’accro du shopping elle a déjà utilisé pas mal de ficelles.
Ce n’est pas de la grande littérature, je ne retire absolument rien de ces quelques heures, si ce n’est un peu de rires et de m’être occupée. Bref, pas mal pour combler quelques instants, mais à lire régulièrement je crois que je sentirais mon cerveau s’alléger un peu trop et mon esprit féministe en prendre un sacré coup. Après, les goûts et les couleurs….
résumé
Ce n’est pas qu’Emma soit menteuse, non, c’est plutôt qu’elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n’est pas franchement l’extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l’avouer. Mourir ? Justement… Lors d’un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l’inconnu en question est l’un de ses proches. Très proche même…
pas mal

1 commentaire:

Profitons de notre liberté d'expression