mardi 27 août 2013

Les dents de la mer de Peter Benchley



J'ai trouvé Les dents de la mer de Peter Benchley chez un bouquiniste. Il ne me semble pas avoir vu le film jusqu'au bout, avec le vilain robot-requin mécanique (je préférais jouer à cette époque), j'étais donc curieuse de découvrir l'intrigue. Car dans mon souvenir, c'était juste une histoire de jambes arrachées sur un fond de musique qu'utilise TF1 pour le générique de son JT.


Avez-vous déjà lu un roman de gare? Moi non. J'en connaissais l'expression mais avais toujours eu la chance d'éviter ce type de littérature. Faut croire que c'est facile à identifier parce que si je dois illustrer un roman de gare, il me viendra dorénavant Les dents de la mer.

En résumé, une intrigue moyenne, un style moyen et un intérêt moyen. Ainsi, c'est l'histoire d'une femme qui disparait une nuit dans la mer, alors qu'elle fricotait nue sur une plage d'Amiti avec un homme. On fait appel à la police et c'est le commissaire Brody qui prend en charge l'enquête. Brody est pote avec le rédac chef du canard local, le gros Meadows. Comprenez qu'Amiti est une ville qui marche bien pendant la grande saison, et le reste de l'année c'est vache morte, donc il faut ramasser un max d'argent histoire de bien passer l'hiver. Police et journal marchent main dans la main pour préserver la bonne image de la ville qui compte pas beaucoup d'âmes (c'est un peu comme au Touquet-Paris-Plage, beaucoup de monde l'été, et l'hiver juste les commerçants).

Bref, évidemment, on va ajouter un maire et aussi investisseur qui mouille dans des affaires pas très clean et veut absolument laisser les plages ouvertes. Le fait que des personnes se font dévorer et puis évidemment un troisième bonhomme qui vient chambouler un couple dans le récit.

Je ne dirais pas que tout est bon à jeter, mais plutôt que c'est pas le polar du siècle. Certains passages sont très bien écrits (j'ai une autre vision des requins maintenant), mais beaucoup de dialogues qui tournent autour du pot, une intrigue assez simpliste (franchement, l'histoire du maire est plausible mais pas sensationnelle) et puis une fin....Cela m'a donné la flemme de me suer à trouver la suite. Peut-être que pour la forme, je me donnerais cette peine. On verra bien.

Un roman qui va rester dans les annales car il est conforme à l'idée que je me fais du "roman de gare", assez sympa à lire pendant l'été histoire d'être dans l'ambiance. Il passe bien, mais voilà, cela reste un livre qui est pour moi assez moyen. Mais les passages sur le squale sont vraiment sympas.

♥♥♥

L'action se passe dans une station balnéaire, quelque temps avant l'ouverture de la saison. La nuit, une femme nage, son compagnon somnole sur la plage, un grand requin rôde à proximité de la côte. Soudain, attiré par les vibrations de l'eau, le monstre glisse vers sa proie. A l'aube, on retrouvera sur la grève le corps déchiqueté de la jeune femme. La peur s'empare des habitants de la ville. Faut-il interdire la plage ? Le maire et le chef de la police sont en désaccord fermer la station à quelques jours du mois de juillet, c'est la faillite des commerçants, l'annulation des locations et puis le requin est probablement déjà loin. Mais à s'on tour... un enfant disparaît, un homme est dévoré vivant. Le squale guette. Il faut tuer ce terrifiant animal. On fait venir d'un laboratoire océanographique un expert en requins... et en femmes ! Une pêche dramatique, désespérée, s'organise, une lutte sans pitié s'engage entre pêcheurs et requin mangeur d'hommes.



4 commentaires:

  1. Haha, j'aurais jamais pensé à lire le livre... Mais je dois dire que tu me tente un peu ^^

    RépondreSupprimer
  2. Un livre "planplan" qui, contrairement à la coutume, ne fait pas de l'ombre au film !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai vu le film (il y a longtemps) mais je n'ai jamais lu le livre. Je ne savais même pas qu'il existait ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai jamais vu le film et je ne savais pas que c'était tiré d'un livre ! Comme quoi, on fait des découvertes tous les jours :)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression