jeudi 15 août 2013

Max de Sarah Cohen-Scali (2013)


1001201_560727103969581_411801143_n
Beaucoup de gens ont sans doute entendu parler de ce livre, notamment car c’est un roman classé en jeunesse alors que l’histoire est inspirée d’un fait sinistre imaginé par les nazis: l’eugénisme.


Max raconte l’histoire du programme "Lebensborn", mis en place par Himmler. Des femmes ont été sélectionnées par des nazis pour enfanter des enfants, conformes à la jeunesse imaginée par les Aryens. Sarah Cohen-Scali s’est documentée sur ce sujet et en a fait un roman, qui s’appuie sur des faits réels.
Max, c’est donc le premier enfant du programme Lebensborn. Il est né à la date anniversaire d’Hitler, en 1936. Le récit se fait à la première personne, et Max débute son histoire en tant que foetus. Ca surprend, mais ça ne perturbe pas la lecture. Notamment car il est connu qu’un enfant se construit avec les interactions extérieures, donc que son comportement s’adapte à son environnement. Et ensuite car, même si un foetus ne raisonne pas (quand même, faut pas pousser), il garde en mémoire de manière inconsciente les stimulis. Et de toute façon, en grandissant, Max va oublier toutes ses idées de foetus, comme n’importe qui (celui qui se rappelle d’une seule image étant foetus lève la main!) Bref, en gros, ce parti pris ne m’a pas gêné.
Max est donc né dans ce programme et baigne donc dans un environnement dur, nazi. Donc pour lui, ce monde est normal. Homo, juif, femme, rien n’arrive à la cheville d’un nazi. C’est assez choquant quand on lit de telles paroles sortir de la bouche d’un enfant, et c’est en cela que le malaise se créé. Un gamin pareil, aussi froid et avec une telle envie de percer dans ce monde fait peur. Mais avec un tel formatage, il n’allait pas non plus devenir un rebelle.
Max raconte la vie de ces femmes qui mettent au monde ces enfants, qui sont violées même étant mineures. Tout cela sans aucune émotion. De même, il va participer à l’enlèvement d’enfants polonais en séduisant les mères pour obtenir les adresses. Que voulez-vous, en temps de guerre, personne ne se méfie d’une pauvre femme et d’un pauvre enfant, et n’imagine que, suite à leurs conversations, des SS vont débarquer kidnapper les gosses plus tard!
Évidemment après les gosses vont être sélectionnés (destination train de la mort ou école nazie). Des détails qui sont accompagnés d’événements bien sordides, comme quand Max donne un sacré coup de main aux SS.
Ce livre, étonnamment classé jeunesse, va donc en faire voir des vertes et des pas mûres. Même moi, qui suis quand même adulte et qui ai un certain recul par rapport au passé, j’ai été choquée par des passages. Comme le coup du savon.. Rien que d’y penser, j’en suis encore retournée!
Max va finalement faire la rencontre d’un autre jeune qui lui ressemble: Lucas. Lucas sera l’un des personnages les plus appréciés du roman je pense. On a quand même du mal à ressentir de l’émotion pour Max. Certes c’est une victime, mais une victime bourreau. Donc vu qu’en tant que lecteur, on s’attache généralement à un personnage, ici ce sera Lucas.
Je n’en dirais pas plus pour que vous puissiez apprécier l’histoire. Ce livre est dur, parle d’un épisode du passé tragique, qui montre bien toute l’ignominie de l’espèce humaine dans sa folie. Il est possible que votre gorge se serre, que vous soyez choqué.
Bien qu’écrit de manière simplifiée avec juste les détails nécessaires, j’aurai voulu plus de dates et de références. A la fin, l’auteure fait le point sur ce qui a été imaginé et les faits et identités avérées. Personnellement, j’ai trouvé cela un peu juste.
Pour finir, c’est de l’histoire et je suis d’avis que les gens doivent être informés pour ne pas renouveler les erreurs. Mais dans ce cas présent, je trouve étrange que ce bouquin soit classé en "jeunesse". Il ne me semble pas que ce soit la principale cible du roman qui s’adresse plus particulièrement à des jeunes de 15 ans puis des adultes. Mais, je trouverai cela étrange de le mettre entre les mains d’un enfant de 12 ans…
Un livre choc, dur, cruel, bouleversant, détestable mais intéressant et informatif.

♥♥♥♥

"19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler !"Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression