mercredi 14 août 2013

Top ten tuesday #20 Les 10 problèmes auxquels on fait face en tant que lecteur


tttBonjour,
voici un Top ten tuesday intéressant! Les 10 problèmes auxquels on fait face en tant que lecteur! Je sens qu’on va fourmiller d’idées sur la blogo à ce sujet.


Problème n°1

Les coquilles et la mise en page. Je ne suis pas chiante de nature (exigeante professionnellement mais pour le reste non), et quand je vois des fautes à répétition ou alors des pages sans paragraphes et respiration, ça m’énerve. Je préfère avoir un "gros petit pavé" (expression que j’ai entendu sur youtube^^) plutôt qu’un paté totalement illisible.

Problème n°2

Les suites. Certains livres sont des histoires à rallonge alors qu’elles ne mériteraient qu’un tome. C’est un peu l’histoire de la poule aux oeufs d’or qu’on foutrait dans un élevage en batterie. Faut pas s’étonner qu’après elle produise de la m****. Bref, moins de séries, plus de one shot (et oui au gros pavé, ça me fait pas peur).
Ensuite, j’ai entendu dire que des éditeurs se permettaient d’interrompre des séries en plein milieu faute d’intérêt. Ce que je trouve quand même assez méprisant vis-à-vis du lecteur et dévoile une vision assez à court terme des choses. Alors il ne reste plus qu’à apprendre l’anglais. Ce qui en soi est judicieux, parce que il y a de très bons livres en anglais qui ne sont pas traduits et qu’on n’a pas à attendre des mois avant de lire la suite ;)

Problème n°3

Le prix. Pour certains livres, c’est juste abusé! Et concernant celui des ebooks, mais même pas en rêve je mettrai 10 euros sur un bouquin que l’éditeur m’interdirait de prêter ou qui aurait une durée de vie. Et comparé avec les bouquins anglais: c’est un peu comme Lush, mieux vaut aller acheter chez nos voisins.

Problème n°4

Les couvertures. Le minimalisme (d’après ce que disent les éditeurs) est typiquement français. Quand je vois les couvertures des livres dans d’autres langues, je trouve qu’on se moque un peu de nous quand même! Je préfère qu’on fasse appel à des designers, en plus ça permet de leur filer du boulot et tout le monde sait que c’est un argument de vente!

Problème n°5

La mise en rayon par ordre alphabétique. Je n’aime pas ce type de classement. Je préfèrerai que ce soit par maisons d’édition puis par ordre alphabétique car les prix des classiques varie de l’une à l’autre. Et quand je veux acheter un folio à 2€ sans idée en tête, c’est très pénible…

Problème n°6

Les auteurs In et les auteurs Out, et le matraquage médiatique. J’aime bien qu’il y ait un coup de projecteur sur un auteur, mais je trouve cela énervant de toujours mettre en avant les mêmes, que tout le monde lit les mêmes, et que le top des ventes nous apprennent que ce sont encore les mêmes. Bref, c’est comme si on voulait orienter nos lectures. Je n’aime pas du tout, même si la plupart des auteurs sont talentueux. C’est juste que les effets de mode me gonflent.

Problème n°7

Le manque de batterie sur ma Kobo. On va parler plus personnel, quand ma kobo n’a plus de batterie, c’est juste énervant. D’ailleurs quand ma kobo se vide car sa coque protectrice ne se ferme pas, c’est encore plus chiant car l’écran se raye dans le sac. Bref, bref..

Problème n°8

Les avis peu sincères de certains bloggeurs. Non, je n’achète pas de magazines littéraires, oui, je lis les avis des bloggeurs. Mais je trouve que ce marché est en pleine expansion et que les éditeurs ont parfaitement compris le système, donc on est de plus en plus "influencé" (je parle pour ceux qui suivent la blogo pas les autres) par des personnes qui sont souvent juste des vitrines sans véritable recul et esprit critique, et qui acceptent à tout va les partenariats. A tel point qu’on se demande ce que eux aimeraient vraiment lire. Et puis ça me gonfle de voir certains devenir des hommes sandwichs ou de voir ces "coeur coco" partout sur la toile.

Problème n°9

L’infantilisation de la blogo. Je vais vexer, mais on est là pour partager nos points de vue non? Je ne comprends pas cette volonté de lire des romans jeunesse. Déjà que je ne supporte plus d’entendre qu’il faut un baptême spécial pour lire des classiques (et je trouve que certaines versions abrégées n’ont pas lieu d’être mais bon). Dailleurs, quand je vois certains didacticiels pour débuter la lecture des classiques, ça me fait rire. Je sais pas moi, qu’ils fassent comme avec les autres bouquins: choisir un résumé qui plait et lire le livre. La date de la mort d’un auteur, ça change vraiment quelque chose?

Problème n°10

Les spoilers. Je n’aime pas ce mot, mais j’ai du mal à trouver un équivalent français aussi tragique. Bref, grâce aux avis et sans avoir lu ces livres, je connais les fins d’Anna Karénine, de Harry Potter et du peintre dans Dorian Gray. Je comptais vous embêter en vous les révélant (pas que je sois la seule à me voir gâcher la fin de pavés de plus de 1000 pages) mais je vous épargne^^ Donc ça, je trouve juste que c’est insupportable. Et le pire c’est lorsqu’on navigue sur des sites comme Babelio, et que les auteurs de critiques ne prennent même pas en compte les remarques ou mettent leurs avis (bien complets!!) à la place du résumé du livre.
Bref, voilà quelques petites réflexions (heureuses ou non). Bonne journée :)

4 commentaires:

  1. Bonjour ! J'adhère a de nombreux points de ton Top Ten Tuesday ! En particulier les prix (surtout pour les grands formats, que je n'achète plus, je ne vois pas l’intérêt de 20E pour un roman!), et l'infantilisation de la blogo (plus je traîne sur la blogo, plus je me rends compte que le jeunesse plait alors que je pensais justement qu'on voudrait au contraire passer à autre chose de plus en plus jeune.. eh bien non !). En revanche je suis pas d'accord pour le rangement en librairie; je comprends ton avis mais imagine la galère lorsque l'on chercherait un livre précis ! ^^ Bonne continuation, moi je vais faire un tour sur ton blog, y a plein de noms dans les mots-clés qui attirent mon oeil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je précise bien Editeur et ordre alphabétique, par contre uniquement pour les romans. Dans une Fnac, j'ai vu que les Librio à 2€ étaient mis à part, bien leur en a pris. Dans la mienne, ils sont mélangés aux autres :/

      Supprimer
  2. Alexis Zadounaïsky26 août 2013 à 15:08

    Je préfère l’ordre alphabétique parce que quand je cherche un livre pas très récent qui est dans le domaine public, donc qui peut être édité par plusieurs éditeurs de poches, c’est énervant d’avoir à le chercher 4 ou 5 fois (une fois pour Folio, une fois pour Le Livre de Poche, une fois pour 10/18, une fois pour Garnier Flammarion, une fois pour Babel, voire d’autres collections moins connues). Et puis certains auteurs vivants sont parfois dans plusieurs collections de poche différentes, selon la date de publication de leurs livres, et c’est le même problème. Mais vos demandes sont sensées, alors je dirai que l’idéal serait que les librairies aient tout en double, avec un rayon par collection et un autre par ordre alphabétique ! (L’idéal n’est pas de ce monde, bien sûr.)
    Pour le reste je suis plutôt d’accord sauf pour les couvertures : ça oriente trop, consciemment ou non, les lecteurs. Il y a des livres que j’ai évité pendant des années à cause de leur couverture, et que j’ai beaucoup aimé en les lisant.
    Quand aux gâcheurs de lecture, les éditeurs sont les premiers coupables : je vous recommande très très très fortement de lire les romans d’Agota Kristof (surtout Le Grand Cahier, La Preuve, Le 3ème Mensonge, dans cet ordre car c’est une trilogie) mais de ne surtout jamais lire ce que Le Seuil a imprimé sur la 4ème de couverture de la première édition ! En poche ces textes gâcheurs scandaleux sont repris à l’intérieur, au tout début, sur la première page imprimée qu’on voit en ouvrant le livre; chaque fois que j’ai offert cette trilogie en poche j’ai déchiré cette page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux dans le cas que vous me citez. C'est surtout la recherche de classiques à bas prix et de folio à 2€ qui m'a incité à rédiger ce point.
      Merci pour vos recommandations, décidément vos lectures sortent de l'ordinaire! Je ne les connais que très rarement. Autre sujet de plainte également, dans certains livres, la préface qui dévoile l'intrigue lorsque le rédacteur veut absolument raconter les inspirations de l'auteur. Depuis, je me passe de ces textes lorsqu'ils font plusieurs pages.

      Supprimer

Profitons de notre liberté d'expression