dimanche 29 septembre 2013

Olympe de Gouges de Catel Mullet et José-Louis Bocquet



Il m'arrive peu souvent d'investir autant dans un livre, alors imaginez une bande-dessinée! Et pourtant, quand je l'ai vu, je me suis sentie obligée de l'acheter. Olympe de Gouges est une féministe du XVIIIe siècle, et on connait peu de texte à son propos. J'ai trouvé que ce format était une agréable façon de découvrir cette personnalité.


Olympe de Gouges est l'enfant de Lefranc de Pompignan, président de la Cour des aides, et de sa filleule Louise-Olympe. Ils avaient à peu près le même âge et s'aimaient d'un amour interdit puisque n'étant pas de la même classe.

Mais Olympe fut élevée dans une famille de bouchers, et se maria par la suite à un autre boucher. Autant dire qu'elle suivait la ligne traditionnelle de toute jeune fille qui se doit de trouver un bon parti.

Seulement Olympe avait une nature délicate. Détestant le sang, elle adorait les livres. Son père, cultivé et auteur, a du avoir de l'influence sur elle puisque très trop la jeune femme développa un amour prononcé des lettres.

Dans cette biographie illustrée, on découvre donc toute la vie d'Olympe, et aussi son environnement, qui est peuplé d'intellectuels de l'époque. Libérée sexuellement, elle est engagée et n'hésite pas à se faire entendre.

La bande-dessinée est divisée en plusieurs parties, dans lesquels, à chaque début, est indiqué le lieu et la date. Ce qui permet de prendre conscience des événements qui se profilent et aussi des déplacements d'Olympe. A la lecture, j'ai été souvent étonnée et admirative des choix qu'elle faisait. En même temps, elle a aussi eu la chance d'être bien entourée, ce n'était pas non plus une fille du peuple à proprement parlé. Son ascension a été facilitée, mais elle a dû tout de même faire preuve d'intelligence et de force de caractère pour s'imposer de la sorte.

Si l'action est bien retranscrite, et que j'en ressors avec la sensation de connaître une grande partie de sa vie, un petit bémol est à noter pour certains dessins. J'ai quelques fois été perdue par rapport à ses divers amants, que j'avais un peu de mal à identifier. Sinon, bien que ce ne soit pas des dessins très raffinés, l'intrigue est bien retranscrite. C'est vrai qu'on lit plus cette BD pour son contenu que pour l'aspect graphique.

Une bonne découverte donc, qui va trôner joliment dans ma bibliothèque, et qui m'a permis de découvrir une autre féministe active, Belge cette fois-ci, Anne Josèphe Théroigne de Méricourt.

♥♥♥♥
De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes. Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur.Comme ils l’avaient fait avec Kiki de Montparnasse, Catel et Bocquet retracent de façon romancée, mais avec une rigueur historique constante, le parcours de vie de cette femme d’exception, dont les idéaux très en avance sur son temps ont forgé quelques-unes des valeurs clés de nos sociétés d’aujourd’hui. En quelque trois cent planches de création exigeante et généreuse, un magnifique portrait féminin et un hommage vibrant à l’une des figures essentielles du féminisme.

3 commentaires:

  1. Comme j'aimerais avoir cette bd! Merci pour cet avis! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien! Peut-être le trouveras-tu d'occasion ou en biblio :)

      Supprimer
  2. Ca fait longtemps que je lis du bien de cette BD, il va falloir que je me laisse tenter! ;)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression