mardi 3 septembre 2013

Plutôt crever de Caryl Férey (2012)



Fred Le Cairan est un jeune trentenaire qui essaie de survivre tant bien que mal au sein d'une société qui ne l'a jamais réellement gâté. Il vit à Rennes. Ses parents sont décédés et ses frères et soeurs lui sont quasi inconnus hormis la petite Matilde âgée de 5 ans dont il a demandé la garde. Mais ce sont ses grands-parents qui l'ont obtenue car eux sont socialement corrects. 


Fred, c'est une vie de petits boulots, petits délits, activiste à ses heures. Il écrit un petit journal avec Alice sa meilleure copine. Avant de partir ensemble en vacances, Alice lui offre un cadeau d'anniversaire. Une boîte de chaussures dans laquelle elle a mis un revolver Smith et Wesson, un carnet "mode d'emploi", le livre de Lacenaire, cinq balles, une épingle à chapeau, deux pinces et un paquet de feuilles de cigarettes. Avec ce cadeau inattendu et inhabituel, Fred va commettre l'irréparable. Il tue le député Rogemoux. La vie des deux jeunes gens va se transformer en une fuite en avant, à travers la Bretagne, par n'importe quel moyen, pour échapper à leur destin.

Ils seront recherchés, pistés, suivis et traqués par le lieutenant de police borgne : Mc Cash mais également par Martial, le frère d'Alice et Luis, un terroriste basque, voué à la cause et extrêmement dangereux.

Avec son roman "Plutôt crever", Caryl Férey nous entraîne dans une histoire de fuite et de traque. Les personnages de Fred et d'Alice sont attachants et tellement authentiques. Deux jeunes qui essaient depuis toujours d'échapper à un destin "commun" et qui se retrouvent presque involontairement à devoir fuir coûte que coûte pour survivre et sauver leur vie.

Mc Cash est peut-être un policier borgne mais il reste un enquêteur lucide et tenace. Quant au tandem improbable que forment Martial et Luis le terroriste basque, ils ne savent que semer la terreur et la mort.

Le livre de Caryl Férey est un petit bijou, un récit sympathique écrit avec beaucoup d'intelligence et avec une légèreté juste apparente. On se laisse vite prendre par l'histoire de Fred et d'Alice et on les suit sans problème dans leur périple durant lequel il leur faut échapper aux poursuivants pour rester en vie.

J'ai été agréablement surprise par ce roman de Caryl Férey. J'ai découvert cet auteur avec Zulu. Ce fut un choc littéraire. je venais de découvrir un très bon auteur avec une écriture brutale, juste, rempli de compassion pour ses personnages et ne perdant surtout pas de vue le contexte et la réalité des lieux où il décrit ses histoires. Haka et Utu sont de cette même envergure.

Avec "Plutôt crever", Caryl Férey nous emmène dans une histoire certes prenante mais moins sombre, moins cruelle, moins désespérante. Il y a glissé une lueur d'espoir presque d'optimisme inattendue.

A lire absolument. Non seulement on passe un bon moment de lecture mais on prend un réel plaisir et on redécouvre l'auteur dans un autre de ses univers.

J'ai adoré.


♥♥♥

Si votre meilleure copine vous offre pour vos trente ans les Mémoires de Lacenaire et un calibre .44 dans une boîte à chaussures, méfiez-vous ! Lisez au moins le mode d'emploi. C'est ce qu'aurait dû faire Fred avant d'abattre le député Rogemoux et de prendre la fuite à travers la Bretagne, en voiture, à vélo, à pied ou en kayak… Il aurait trouvé le carnet et les étranges QCM d'Alice. Il aurait vu les six balles creuses et les petits papiers. Il n'aurait pas été traqué par toutes les polices de France et ne serait pas devenu le gibier d'un terroriste basque aux tendances psychopathes. Il n'aurait surtout pas eu dans son sillage, comme une ombre dévorée de colère, le flic borgne Mc Cash. Lui ne lâchera jamais. Fred et Alice non plus. Quoi qu'il advienne. Plutôt crever !

3 commentaires:

  1. Je ne suis pas convaincue par le synopsis...Cependant ta chronique me fait hésiter, peut-être avec un autre livre de l'auteur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il ne faut pas s'arrêter au synopsis des livres. Découvrir un auteur c'est se lancer dans l'aventure de la lecture quitte à abandonner la lecture du livre si vraiment on n'accroche pas. Je n'écoute jamais les critiques comme je ne lis jamais les synopsis ce qui me permet de découvrir souvent des auteurs que je ne connais pas et qui ne sont pas trop connus et qui méritent vraiment que l'on s'y arrête. Sinon on ne lirait plus que les prix littéraires et autres auteurs souvent encenser par les maisons d'éditions.
      En tous les cas merci pour ton avis. Peut-être la prochaine fois sera la bonne, qui sait...
      Ondine

      Supprimer
  2. J'ai découvert l'auteur il y a peu avec Mapuche, et j'ai vraiment beaucoup aimé. Il a une style coup de poing qui ne laisse pas indifférent. Je note celui-ci!

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression