dimanche 13 octobre 2013

Cloud atlas / Cartographie des nuages de David Mitchell

Cloud atlas a été un petit grignotage pendant de nombreux mois. Lorsque je l'ai vu sur un blog, sa couverture m'a immédiatement séduite. Et j'ai trouvé son nom très poétique. Cloud atlas...cartographie des nuages. Très énigmatique!

Lorsque je l'ai eu en main, j'ai été très surprise. Chaque partie est rédigée de différentes façons. On a un journal de bord, un récit épistolaire, un récit chapitré, un récit à la première personne, une interview et un récit parlé. Très ingénieux et très complexe, mais l'assurance de peu s'ennuyer en ayant l'impression d'avoir plusieurs livres en un.

Ici il y a six protagonistes principaux, chacun vivant à une époque différente, sans aucun lien apparent entre eux, si ce n'est une mystérieuse tâche de naissance. Au départ on est surpris. Le premier récit s'arrête abruptement, on se demande si c'est une erreur de l'éditeur. Mais en fait c'est une subtilité de l'auteur et on le comprend dans l'histoire suivante. Chacune des vies a un impact sur la suivante. Et plus on avance dans le livre, plus on se rapproche du monde moderne, jusqu'à atteindre un point culminant, là où tout a basculé. Puis rebelotte, cette fois-ci c'est pente descendante et retour vers le passé.



Lorsqu'on commence, difficile de prendre ses marques, mais peu à peu les liens se tissent et on découvre le puzzle. Chaque acte a un impact sur la vie suivante, et chaque être, dans des actes quotidiens et banals, peut renverser la balance et transformer l'avenir, sans avoir conscience de ce qu'il fait.

Une histoire tout en subtilité, qui nous fait apprécier la lecture puisque non seulement le style s'adapte à l'époque mais le récit est riche de détails pour bien personnaliser la vie du personnage. Un travail d'orfèvre!

Pour les personnages, je les ai trouvé très typés et les ai tous appréciés. Ils avaient une certaine candeur en même temps qu'une approche plutôt saine de la vie, en préservant leur humanité. Somni 451, Luisa Rey, Frobisher, Adam Ewing, Zachry ou Timothy Cavendish, ils sont tous sympathiques, et nuancés. 

Il  m'est difficile de plus retranscrire tout cela par écrit, car ce bouquin se lit, et se ressent, mais surtout s'analyse de façon très personnelle.

Je me suis très rarement ennuyée. Je lisais ce bouquin sans désir particulier de le terminer, juste l'envie de profiter pleinement de ces univers, sans me presser.

Un livre qui m'a beaucoup plus, que je suis ravie d'avoir découvert et que je vais garder sous la main.


♥♥♥




Adam Ewing est un homme de loi américain, embarqué à bord d'une goélette partie de Nouvelle-Zélande et faisant route vers San Francisco, sa ville natale. Il n'a rien à voir avec Robert Frobisher, lequel, un siècle plus tard, se met au service d'un compositeur génial pour échapper à ses créanciers. Ni l'un ni l'autre ne peuvent connaître Luisa Rey, une journaliste d'investigation sur la piste d'un complot nucléaire, dans la Californie des années 70. Ou Sonmi~451, un clone condamné à mort par un État situé dans le futur. Pourtant, si l'espace et le temps les séparent, tous ces êtres participent d'un destin commun, dont la signification se révèle peu à peu. Chaque vie est l'écho d'une autre et revient sans cesse, telle une phrase musicale qui se répéterait au fil d'innombrables variations.

1 commentaire:

Profitons de notre liberté d'expression