lundi 7 octobre 2013

Le poids du papillon d'Erri de Luca

L'ouvrage est divisé en deux récits : le poids du papillon, et celui sur d'un arbre. Je ne m'attarderai que sur le premier, qui est pour moi le plus beau des deux.

Erri de Lucca nous raconte de façon très poétique, avec un regard de naturaliste, la vie de ce chamois extraordinaire sur la corne duquel est posé un papillon. Plus on tourne les pages et plus on découvre sa vie, ses habitudes, mais aussi sa différence vis-à-vis de son espèce. Parrallèlement, on suit la montée d'un chasseur proche de la retraite, qui rêve depuis longtemps de tuer ce roi de la forêt, qui n'a rien de comparable par rapport à ses semblables.

L'histoire se déroule de façon très belle, très calme. Les descriptions sont subtiles, poétiques, nuancées. Le choix des images m'a beaucoup fait pensé au réalisme italien au cinéma. Une certaine pudeur, un regard sur le monde dénué de fantastique et de glorification, avec une certaine neutralité.


En quelques pages, on entre dans ce monde, dans ces bois, on trotte au côté du chamois, ou l'on se cache au côté du chasseur. Et l'histoire avance, inexorablement. Et même si l'issue est prévisible, la fin fait mouche.

Une belle histoire, complétée par une nouvelle du même genre mais beaucoup plus courte. Un récit à découvrir et qui ravira ceux qui aiment le narratif à l'italienne.

♥♥♥
Quelque part dans les Alpes italiennes, un chamois domine sa harde depuis des années. D’une taille et d’une puissance exceptionnelles, l’animal pressent pourtant que sa dernière saison en tant que roi est arrivée, sa suprématie est désormais menacée par les plus jeunes. En face de lui, un braconnier revenu vivre en haute montagne, ses espoirs en la Révolution déçus, sait lui aussi que le temps joue contre lui. À soixante ans passés, sa dernière ambition de chasseur sera d’abattre le seul animal qui lui ait toujours échappé malgré son extrême agilité d’alpiniste, ce chamois à l’allure majestueuse. Et puis, face à ces deux forces, il y a la délicatesse tragique d’une paire d’ailes, cette « plume ajoutée au poids des ans ».

3 commentaires:

  1. D'après ton avis, ça a l'air d'être un très beau livre mais j'ai peur que la narration soit trop lente pour moi.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas du tout, mais pourquoi pas !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Je partage ton commentaire sur ce livre : il st magnifiquement poétique (surtout la première partie, la seconde étant plus philosophique).
    lili M

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression