mardi 5 novembre 2013

Le cercle de Bernard Minier

Martin Servaz, Commandant à la brigade criminelle de Toulouse, reçoit un appel téléphonique d'une très vieille connaissance perdue de vue : Marianne. Elle lui demande de l'aide. Non seulement avec cet appel, il se retrouve confronté à son douloureux passé mais de plus il se trouve précipiter dans une nouvelle affaire criminelle.

Une jeune femme Claire Diemar, professeure à l'Université de Marsac a été retrouvée ficelée et noyée au fond de sa baignoire avec une petite lampe torche allumée et enfoncée au fond de sa bouche. Des poupées qu'elle collectionnait avaient été jetées dans la piscine et semblaient les regarder. Etrange mise en scène. Hugo, le fils de Marianne a été retrouvé assis sur le bord de la piscine, hébété et absent comme s'il avait été drogué. Tout l'accuse.

Cette enquête est confiée à Martin Servaz et à son équipe.

Qui est vraiment Claire Diemar ? Ce meurtre est-il lié à son activité professionnelle ou à sa vie privée ? Martin Servaz enquête au sein de l'Université de Marsac, endroit où il a été lui-même étudiant. Sa fille Margot y suit d'ailleurs sa première année de classe préparatoire.

Faute d'un autre coupable, Hugo est inculpé du meurtre et incarcéré. Mais Martin Servaz qui doute de sa culpabilité, poursuit ses investigations dans le milieu étudiant et dans l'environnement privé de la victime.
Qui est réellement Hugo ? Qui sont ses amis qui se comportent de façon si étrange ? Quel est le rôle de son ancien ami et professeur de lettres Van Acher dans cette histoire ? A quoi joue Marianne son ancien amour resurgit du passé et qu'espère-t-il de cette relation ?

Des indices semblent de plus en plus lui rappeler les méthodes du grand pervers Julian Hirtmann : un CD de Mahler oublié chez la victime, des Emails explicites qui lui visent la peur au ventre au point de ne plus savoir si le prédateur est bien de retour ou s'il devient paranoïaque. Où est la vérité ? Comment Martin Servaz va-t-il résoudre cette affaire et en sortira-t-il indemne ?

Voilà le deuxième livre de Bernard Minier "le Cercle". Un livre fabuleux, une histoire magistrale, un roman à rebondissements qui vous tient en haleine du début à la fin. Un écrivain qui maîtrise son art et en sus une réelle connaissance de la langue française. J'ai consulté par deux fois le dictionnaire. Cela faisait un bout de temps que cela ne m'était pas arrivée.

Un livre qui fait frisonner et qui nous entraîne une nouvelle fois dans un univers glaçant, étouffant et angoissant. L'auteur nous invite une nouvelle fois dans les méandres d'une enquête avec un réalisme effrayant et à la fois terrifiant.
Avec "le cercle", Bernard Minier confirme ce que j'espérais, c'est un grand écrivain qui a réellement l'envergure des grands auteurs de policiers. Une valeur sûre. Un plaisir immense à le lire et surtout aucune fausse note de sa part. Tout est bien à sa place. Des émotions fortes, intenses, angoissantes, une histoire dense, efficace et implacable et des personnages toujours aussi sombres et paradoxalement humains. Une justesse d'écriture étonnante et rarissime.

J'adore et je plébiscite cet auteur. Pourvu qu'il garde pour ses prochains romans son originalité, cet art et cette maîtrise à raconter ses histoires.

J'ai lu "le cercle" depuis presque cinq jours déjà et je n'ai toujours pas repris un autre livre car je reste imprégnée de l'atmosphère de ce livre.

Je conseille à tous les passionnés de romans policiers ou thrillers à lire du Bernard Minier. C'est une belle découverte et un écrivain sur lequel il faudra compter dorénavant dans ce genre.

Un très grand coup de coeur plus, plus, plus.

1 commentaire:

  1. J'ai adoré ce livre ainsi que le premier tome, j'ai hâte de lire la troisième enquête de cet inspecteur !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression