vendredi 15 novembre 2013

Le goût des souvenirs d'Erica Bauermeister

Premier livre lu des éditions Charleston et plongée dans un univers littéraire très différent de ce que je lis habituellement. Fiction, ce livre est l'histoire de plusieurs êtres humains qui se croisent et se lient d'amitié, avec comme point de départ un restaurant.

Ce point de chute est celui de Lilian, jeune femme qui adore la nourriture. L'entrée en matière se fait dès le début du livre, qui ouvre sur une scène avec la restauratrice en train de cuisiner de bons petits plats. Saveur, senteurs sont au rendez-vous. C'est à ce moment-là qu'Al trouve le moyen de débarquer. L'homme est son comptable mais aussi un passionné de nourriture, la cuisine ayant un peu été le révélateur de sa vie, au final un peu grise.


Les deux sont très proches. Se cacherait-il une amourette là-dessous? Affaire à suivre...

On fait la connaissance également de Louise, enfermée dans un monde qui n'est pas le sien, de Chloé et Finnergan, deux jeunes qui se cherchent, et d'Isabelle, autre point qui les lie dans le récit. Et puis des personnages secondaires qui ont traversé leur quotidien.

Il est aussi question dans ce livre de rituel, ce dont Al, le comptable est fan (d'ailleurs il a une lubie assez bizarre). Le passage à un stade. C'est assez symbolique puisque tous passent finalement une étape importante finalement, accédant à un autre statut. Peut-être moins glamour, le titre du récit aurait dû se concentrer autour de ces rituels de passage, qui me semblent beaucoup plus présents dans le livre que la nourriture. 

Ne vous attendez donc pas à un récit basé sur la gastronomie. Ici, le fumet vous met l'eau à la bouche et s'évapore tout au long du récit, sans qu'on ait pu goûter au plat. Car oui, au final,  Erika Bauermeister reste en surface en nous parlant de ses vies. Elle les enveloppe mais ne les perce pas. On en vient à être frustré, à se demander où elle désire en venir.

Au cours de la lecture, et du déroulement qui se fait de façon chronologique, l'auteur se concentre sur la vie de chaque personnage, nous parlant de son passé, de sa personnalité. On découvre des personnes qui n'ont pas exploité la vie comme ils auraient pu, qui sont parfois enfermés dans une bulle ou qui ont vécu quelques drames. J'ai eu beaucoup de mal à m'y attacher, les trouvant en fait plutôt creux, puisque vivant des drames du quotidien assez sommaires. Ou alors l'auteure n'arrivant pas à nous donner quelques émotions, ou de l'empathie

Par exemple, Lilian reste assez en retrait. Alors qu'elle est à la base du récit, on ne la retrouve plus pendant 60% du livre et c'est bien dommage. Et comme ce n'est plus dans ses possibilités de cuisiner... 

Un roman sur l'instant, à déguster comme un en-cas. L'écriture est bonne, même si je m'attendais à m'en prendre un peu plus dans le nez.

Sachez aussi que ce livre est la suite du livre L'école des saveurs, mais les deux récits sont indépendants. D'après les avis trouvés sur le net, la construction des récits est assez similaire. Le tome 1 parle des histoires de vie des élèves du cours de cuisine de Lilian, et dans mon livre de l'entourage de Lilian. A vous de choisir!

Je mettrai les liens des autres lectrice Charleston après la publication de leur avis, pour que vous puissiez découvrir d'autres avis que le mien (mes goûts ne sont pas universels ;) )

Editeur : Éditions Charleston
Auteur(s) : Erica Bauermeister
Parution : 17 janvier 2014
EAN13 (Livre papier) : 9782368120156




Lillian et son restaurant ont une manière tout à fait singulière de rassembler les gens. Il y a tout d’abord Al, le comptable, qui voit une signification dans les chiffres et les rituels ; Chloé, un futur chef prometteur qui a perdu toute confiance en l'autre après un chagrin d’amour ; Finnegan, aussi discret et solide qu’un arbre, et qui peut se fondre dans le décor malgré sa très grande taille ; Louise, l’épouse d’Al, emplie d’une colère prête à exploser ; et enfin Isabelle, dont les souvenirs s’estompent petit à petit. Puis, il y a Lillian bien sûr, dont la vie prend un tournant inattendu... Ils se croisent, se rencontrent, se mélangent les uns aux autres, se séparent. Les liens se créent parfois de manière surprenante et sans le moindre effort ; à d’autres moments, ils se nouent avec difficulté. De là naîtra une famille que tous auront choisie.
Un très beau roman sur les liens qui unissent, et ceux qui se brisent. Une réflexion fascinante sur l’importance et l’influence de la gastronomie, de l’amitié et de l’amour.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression