dimanche 15 décembre 2013

Inconnu à cette adresse de Kathrine Kressman Taylor

Martin et Max sont deux galeristes associés aux Etats-Unis. Amis, ils travaillent dans le monde de l'art. Martin décide, un jour, de retourner en Allemagne avec sa femme et ses enfants, peu avant l'ascension de Hitler. Les deux hommes s'envoient des lettres régulièrement, discutant de choses plus ou moins courantes, dans l'ombre d'un nazisme toujours plus menaçant.

Un court roman rédigé avec efficacité. Les lettres s'échangent, et au fil de la lecture on voit émerger les inquiétudes de Max, juif, et de Martin, l'allemand, de plus en plus séduit par l'idéologie nazie.

Faisant fi de son amitié pour Max, Martin se rapproche des nazis, les invitant jusque dans sa maison, enhardi par le succès commercial de ventes d'oeuvres par Max aux Etats-Unis qui lui rapporte beaucoup d'argent. A tel point, que ses pensées sont assimilées par le régime, qui le transforme et infuse de la haine en lui, allant jusqu'à le pousser à croire qu'il faut en tuer quelques uns pour assurer un avenir à tous.

Brutale et dure. Chaque lettre est par la suite assassine. Max s'inquiète pour sa soeur. Celle-ci, proche de la famille de son ami puisqu'ancienne amourette de Martin, pourrait-elle faire changer les choses? L'auteure a su accorder l'évolution de leur relation avec les dates historiques, comme la venue d'un quidam dont personne ne connaît le nom (Hitler).

En ouvrant ce court roman, je ne m'attendais pas à autant de brutalité. L'histoire tragique de deux amis, tous deux emprisonnés par le nazisme. La fin se révèle dure. On en voudrait presque à Max d'agir ainsi, mais l'histoire de sa soeur est si dramatique qu'il est difficile d'imaginer une autre issue.  Quant à Martin, on apprend à le détester, de le voir ainsi se parer de si peu d'humanité, niant l'importance de toute vie, se contentant d'approcher les plus grands et de se satisfaire de son propre bonheur. Pris au piège, il se rendra pourtant vite compte qu'il n'est qu'un insecte dans une toile d'araignée géante, et que rien ne pourra le protéger, quand bien même il agirait d'une bonne ou mauvaise façon.

Un livre d'une belle intensité, à lire!

A noter que ce livre a été publié en 1938.


Martin Schulse, Allemand et Max Eisenstein, juif Américain, sont deux galeristes associés, aux Etats-Unis. Ils sont surtout deux amis fervents, deux frères. Malgré l'installation de Martin à Munich, ils poursuivent leur amitié à travers des lettres chaleureuses, passionnées. En juillet 1933 pourtant, les doutes et le malaise de Martin face aux remous du gouvernement allemand font vite place à un antisémitisme que ne tempère plus la moindre trace d'affection. D'une cruauté imparable, sa décision tombe comme une sentence : "Ici en Allemagne, un de ces hommes d'action énergiques, essentiels, est sorti du rang. Et je me rallie à lui." Max ne peut se résoudre à une telle révolution, sentimentale et politique.

1 commentaire:

Profitons de notre liberté d'expression