lundi 2 décembre 2013

La mécanique du coeur de Mathias Malzieu

Edimbourg, 1874. Par un très grand froid, une femme met au monde, chez une accoucheuse, un garçon nommé Jack. Celui-ci est si gelé qu'il peut en mourir. Le docteur Madeleine le sauve en lui installant une horloge à la place du coeur.Trop jeune pour s'en occuper, la mère décide de le lui confier. En grandissant, Jack rencontre une petite danseuse andalouse. Son coeur de bois va se mettre à battre si fort qu'il lui faudra la retrouver.

Nous sommes bien loin des contes mignons pour enfants puisqu'ici Jack, le héros, a, dans le corps, une horloge. Imaginez donc un trou à la place du coeur avec le mécanisme en bois en dépassant. A certains moments, on frolait même le glauque dans la description. Un preuve que la force des images utilisées par Mathias Malzieu existe.

Tout dans ce roman a une raison d'être. Même le titre, qui est parfaitement approprié à ce récit. Une fois le livre lu, il suffit de le poser et de penser à ces quatre mots, "la mécanique du coeur", en quelques réflexions vous avez la clé de ce livre mais aussi toute son histoire.

Chacun des personnages est caractérisée : la danseuse qui n'arrive pas à voir, Jack, le garçon dont le coeur bat à l'en tuer, Madeleine, cette sorte de créatrice qui me fait penser au créateur d'Edward aux mains d'argent...

La trame principale est la romance contrariée du jeune homme, qui arrive à se faire un ennemi juré. Mais je n'en dirais pas plus pour vous laisser l'entière découverte de l'intrigue.

Un peu de magie, un zest de culot, un soupçon de Tim Burton, beaucoup d'imagination et une connaissance certaine des symboles, une écriture maîtrisée qui, dès les premières pages, vous immerge dans un monde particulier. Un livre qui est une très belle découverte, avec une fin très surprenante.

Le prochain livre que je souhaite découvrir est Métamorphose en bord de ciel. Cette histoire de voltige m'intrigue au plus haut point!

****
Petit bonus



2 commentaires:

  1. C'est une histoire que j'ai lu il y a 2-3 ans (je ne sais plus) et j'avais beaucoup aimé. C'est très joli et en plus j'avais écouté le disque en lisant le livre ce qui ajoutait un charme particulier. J'avais juste été agacée par Miss Acacia que j'avais trouvée très égoïste.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression