dimanche 8 décembre 2013

L'appel du coucou de Robert Galbraith / J. K. Rowling

Cormoran Strike est détective privé. Sa vie n'a rien de reluisant. Il est en pleine rupture avec sa petite amie. Il n'a quasi aucun client. Il est criblé de dettes. Il est amputé d'une jambe suite à son engagement militaire en Afghanistan. Il dort dans son bureau faute d'avoir un logement.

En sus, débarque dans ses bureaux, Robin Ellacott qui est envoyée par l'agence intérimaire pour assurer son secrétariat. Cormoran Strike essaie de faire face à la situation même s'il lui semble plus qu'incertain qu'il puisse sortir de ce marasme.

Robin lui annonce qu'un certain John Bristow avocat, désire le voir pour une affaire. Il souhaite lui confier une enquête. Sa soeur Lula Landry, célèbre top-model est morte, défenestrée. La police a conclu à un suicide. Mais Bristow, très affecté par cette disparition, est persuadé que sa soeur a été tuée et ceci malgré les conclusions de l'enquête de police et les convictions de sa famille.

Même si Cormoran Strike n'est pas convaincu par les allégations de l'avocat, il accepte l'affaire. C'est ainsi qu'il mènera une enquête minutieuse dans les divers milieux fréquentés par la célèbre mannequin : boîtes de nuit branchées, palaces, milieu de la mode, du cinéma, centre de désintoxication, au sein de la famille, auprès de son fiancé junkie, de ses amis et proches.

Cormoran Strike qui est un détective privé très consciencieux, se rend compte au fur et à mesure de l'évolution de ses recherches que la mort de Lula semble effectivement être plutôt un meurtre qu'un suicide.
Je ne vais pas raconter l'histoire. Ce serait dommage pour le lecteur car il faut lire ce roman qui est excellent et mener de "plume de maître". Aucune longueur, des personnages décrits avec humanité et vérité.

Avec "l'appel du coucou", on découvre comme personnage principal un détective privé. Cormoran Strike est un homme attachant, vulnérable mais également consciencieux, précis et sans compromis. Avec l'aide de Robin, intérimaire et finalement collaboratrice, il forme un tandem plus qu'intéressant.

"L'appel du coucou" a tous les ingrédients d'un très bon polar : intrigues, mystères, secrets, mensonges, trahison, vengeance, jalousie, etc... La chute de l'histoire est totalement inattendue. On éprouve un réel plaisir à lire ce livre. On ne s'ennuie pas. Grâce à la maîtrise du sujet, l'auteur nous fait littéralement vivre l'histoire racontée. Cela pourrait faire un excellent film.

Le petit plus est que l'auteur est en réalité une femme : J.K. Rowling qui a pris pour pseudonyme pour écrire ce livre le nom de Robert Galbraith. Que J.K. Rowling ait pris un pseudonyme pour écrire ce roman n'est pas forcément un mauvais choix car cela évite aux lecteurs d'avoir des a priori favorables ou défavorables. En tous les cas, la lectrice que je suis espère qu'elle va continuer à écrire des romans policiers que ce soit sous le nom de Robert Galbraith ou J.K. Rowling. Je souhaite continuer à lire d'aussi excellents livres policiers. Peu d'écrivains peuvent passer d'un genre à l'autre avec autant d'aisance, de talent, de virtuosité et surtout avec une telle maîtrise de l'écriture.

Elle a su faire évader petits et grands avec Harry Potter mais elle a cet immense talent d'écrivain qui lui permet également de raconter avec autant de bonheur des histoires aux adultes.

Je conseille la lecture de ce roman. C'est plus qu'un bon livre c'est un équilibre parfait d'un très bon roman policier.

J'espère retrouver au plus vite Cormoran Strike dans d'autres aventures.

*****coup de coeur*****

4 commentaires:

  1. Je vais bientôt le recevoir normalement. J'ai hâte de m'y plonger !

    RépondreSupprimer
  2. Mmm! Chouette, merci pour cet avis, c'est très tentant! :D

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai demandé au petit papa Noël... j'espère le trouver sous le sapin ! :D En tous cas, tu me donnes encore plus envie de l'avoir !

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai acheté aujourd'hui malgré les avis négatifs que j'avais pu lire ici et là. Ton avis me réconforte un peu ^^.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression