jeudi 19 décembre 2013

Tradeuse, les aventures d'une fille à Wall street / Bond girl d'Erin Duffy

Alex Garrett a toujours vu son père partir dans les grands bureaux de la finance. Depuis petite, elle rêve de travailler dans ces immenses buildings qui brassent de l'argent. Jeune diplômée, elle est sélectionnée pour travailler à Crowmell Pierce.

Dans un environnement masculin, elle va devoir faire sa place et être la meilleure, en assimilant le plus vite possible le mode de fonctionnement des traders pour être la plus efficace. Elle va aussi être soumise aux desiderata de ses supérieurs, notamment Chick qui adore diversifier la nourriture de ses employés afin qu'ils soient satisfaits de leur sort.

Alex, d'abord épuisée, va très vite se fondre parmi eux, malgré les remarques sexistes et le harcèlement d'un client de l'entreprise qui ne lui facilitera pas la tâche. Elle tombera amoureuse, évidemment, puisque passsant 90% de son temps dans l'entreprise, et se fera des amis. 


Chick-lit bien évidemment, puisqu'ici il est question d'une jeune working girl, le livre est également une sorte de témoignage d'une tradeuse, l'auteure s'étant inspirée de son expérience puisqu'ayant travaillé dix ans dans ce milieu. C'est d'ailleurs ce qui m'a attiré dans cette lecture : découvrir cet univers somme toute assez secret.

Alex est loin d'être énervante. C'est une fille de son temps, emportée par ses rêves et qui se confronte à la réalité. Elle est sympa, à l'aise en société, bien dans sa peau. C'est vivifiant de suivre ce type de personnage doté d'une certaine intelligence. Souvent, on oublie de se focaliser sur elle pour apprécier cette intrusion dans le monde de la bourse. 

Chick est un personnage hermétique, et même s'il est rude et très exigeant, on se rend compte qu'il est quand même un bon chef. Will a aussi l'air d'un chic type. Seul Rick se révèle énervant au final. Dans l'ensemble, il reste quand même de gentils personnages. Erin Duffy ne nous dévoile pas leur psychologie mais en décrivant leur attitude, elle arrive à nous transmettre l'idée qu'on doit se faire de ces personnages, et à nous forger notre propre opinion.

L'univers de la bourse est, quant à elle, décrite comme stressante et machiste. Commentaires sur le physique, absence de femmes ou alors cliché type comme la dinde mignonne pistonnée, la connasse désagréable car frustrée. Dans ce monde, seule Alex apparaît "équilibrée". Les hommes sont à fond sur leurs chiffres, et quotidiennement assis sur un siège éjectable. Lors de promotion ou de bonus, ils sont même liés financièrement à l'entreprise. Une sorte de toile d'araignée géante ou une jolie prison dorée, à vous de voir.

J'ai lu le livre en anglais, et hormis quelques passages techniques, je l'ai trouvé très abordable. Je pense même que je me suis moins ennuyée en anglais que si je l'aurai lu en français, car le livre est loin d'être d'une grande profondeur, même si, chose appréciable, il nous propose une belle immersion dans le monde des traders. 

Mais voilà, à y réfléchir, c'est dommage qu'Alex se soit soumise au système d'une part. Et de l'autre que la fin soit aussi....peu commune? Invraisemenblable? On a droit à un joli happy end, qui rend encore plus mignons les personnages que l'on a suivi. Tout est bien qui finit bien. J'imagine qu'en français, j'aurai moins apprécié ma lecture puisque je n'aurai pas fait l'effort de traduction.

Je recommande donc ce livre pour toutes les informations qu'il nous apporte concernant le monde des traders, qui m'a ravit. C'est du reste une bonne chick-lit qui ravira les amatrices de ce genre!


À l'heure où ses petites copines aspiraient à devenir médecins ou avocates, Alex Garrett, elle, rêvait de conquérir les hautes sphères de la finance. À présent qu'elle a grandi, elle est déterminée à réussir à Cromwell Pierce, l'une des sociétés de courtage les plus réputées de Wall Street. Elle est prête à se battre pour entrer dans ce club très fermé et très masculin, mais elle doit commencer au bas de l'échelle, et se voit forcée de trimbaler pendant des mois sa chaise pliante de bureau en bureau, avec son nouveau surnom, « La Fille », inscrit au Blanco sur le dossier. Ne perdant jamais de vue ce gros lot qu'elle espère bien décrocher (et ignorant les mises en garde de ses amies, qui la supplient de démissionner), Alex apprend rapidement à encaisser les coups et en un rien de temps, elle passe du modeste poste d'analyste à celui un peu moins modeste d'expert. Tout à coup, on l'appelle par son vrai nom et les membres du club très fermé se transforment en quarante frères aînés... et un petit ami potentiel. Mais la fin du monde tel qu'elle le connaît est pour bientôt, et Alex aura à faire le choix le plus difficile de sa vie : rester à Cromwell Pierce, qui est au bord de la catastrophe... ou bien envoyer valser sa paire de Jimmy Choo pour prendre un peu de hauteur.

2 commentaires:

  1. J'en garde un bon souvenir également !

    RépondreSupprimer
  2. oh, je pense que ce livre pourrait me plaire, il doit très bien décrire l'univers stressant de ce milieu !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression