vendredi 10 janvier 2014

Barrière mentale et autres intelligences de Poul Anderson

Auteur : Poul Anderson

Editeur : Le Bélial

Pages : 328

Une nuit, la Terre quitte un champ cosmique inconnu suite à sa rotation, et les effets induits par celui-ci sont immédiatement annihilés. Les êtres humains deviennent de plus en plus intelligents au cours des heures qui passent, les animaux également. Seulement, il n'est pas simple pour tout le monde de se voir évoluer aussi rapidement. Colin, chercheur, voit ainsi ses idées fusées tandis que sa femme Sheila se tétanise face aux idées qu'elle voit naître en elle. Le monde est en ébullition, voire en révolution.

On suit différents destins, comme celui d'Archie Brock, au départ un peu lent, et qui sera l'un des premiers à percevoir que les animaux deviennent éveillés. Ainsi que d'autres, que je tairais pour vous ménager la surprise. Une panoplie de personnes et, comme j'ai aimé pour le livre La peste de Camus, une plongée dans les tréfonds des êtres. Poussés à bout, comment réagissent-ils?

Dans ce livre, Pour Anderson nous plonge dans de nombreuses réflexions. Son roman décrit l'évolution d'une société qui prend conscience qu'elle peut faire mieux. Qui dit intelligence, dit développement des réactivités, des réflexions mais aussi de la sensibilité. Et pour certains humains, se rendre compte que le monde change va les bouleverser au point de se raccrocher à des gourous ou de sombrer dans la tétanie ou la violence. Certains passages sont effrayants, et j'ai ressenti encore plus de frissons en les lisant et en imaginant les scènes, qu'en lisant certains passages dans Walking dead.

L'évolution brutale de l'intelligence n'est pas sans conséquence. Les moins souples ne rattrapent ainsi pas les vifs d'esprit et l'écart se crée vite entre les différents groupes. En effet, la communication se modifie, l'être humain pouvant plus facilement ressentir et deviner l'autre. Le langage se rarifie. Les pulsions se développent, mais aussi les ambitions. Soudain l'univers paraît plus grand, plus accessible. Mais que faut-il faire quand ceux qui faisaient les boulots ingrats se rendent compte qu'ils valent mieux que cela et souhaitent aussi mettre à profit leurs capacités? Et comment soigner ceux torturés par leurs peurs, leur inconscient? Etre intelligent, est-ce synonyme de bonheur? Si les animaux avaient la notre, comment aurait pu être notre monde? Avoir plus de QI, si c'est être plus brillant, est-ce vraiment certitude d'attitude intelligente?

Intéressée par les sciences cognitives, et ayant déjà lu avec beaucoup de plaisir des auteurs tels que Orwell ou Bradbury, il m'apparaissait naturel de poursuivre mon exploration de la SF avec l'un des premiers romans majeurs du pionnier en ce domaine, Poul Anderson. Et le récit m'a emmenée dans des questionnements très intéressants. A la lecture de tels classiques, je suis toujours surprise de découvrir à quel point ces auteurs du XXe siècle sont lucides et informés sur la psychologie humaine et les sciences cognitives. 

L'ouvrage est complété par d'autres nouvelles sur la même thématique afin de poursuivre la découverte de l'auteur, et sont aussi de très sympathiques textes. Il se termine avec une interview autour de la question de l'intelligence. 

Je me tourne très rarement vers de tels oeuvres, mais je prends toujours plaisir à en découvrir, d'autant plus quand ce sont des valeurs dites "sures". J'étais un peu sceptique au départ (lire des histoires d'animaux qui parlent, très peu pour moi!) mais je ressors ravie de cette lecture!

INTERESSANT. SCIENCES COGNITIVES. SCIENCE-FICTION INNOVANTE.

Merci à Babélio et aux éditions Le Bélial (j'ai bien apprécié le marque-page qui accompagnait le livre. Une attention peut-être mineure mais qui fait très plaisir!)


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression