mardi 11 février 2014

Voir du pays de Delphine Coulin (août 2013)

Auteure : Delphine Coulin

Edition : Grasset

Pages :  272

C'est une histoire de femmes ou plutôt d'une réelle et belle amitié féminine entre deux filles : Aurore et Marine. Leur amitié date de leur enfance et les accompagnera jusqu'en Afghanistan, endroit où toutes deux vont passer six mois comme engagées militaires au sein de l'armée française. C'est surtout l'histoire de deux femmes soldats qui après six mois de service en Afghanistan rentrent en France suite au rapatriement des troupes françaises.



Mais avant de réintégrer leurs vies civiles en France, elles doivent, comme tous les soldats, passer trois jours dans un hôtel cinq étoiles à Chypre, séjour appelé "le sas de décompression".

Une féminité gommée, des souvenirs douloureux

Comme tous ces jeunes soldats engagés et envoyés en Afghanistan ou ailleurs, Aurore et Marine ont vécu l'horreur, la peur, les tensions, le stress et survécu à la mort alors que celle-ci les a côtoyé quotidiennement. Elles sont femmes et ont dû gommer leur féminité et presque leur identité afin d'être au plus proche de ce que l'on attend d'un soldat. Dur est la réalité sur le terrain car on finit par perdre de vue le pourquoi on s'est engagé. Les traumatismes sont indélébiles, les souvenirs réactivés lors des séances de débriefing collectif douloureux et destructeurs.

Et pourtant, Aurore espère arriver à survivre à tout cela, même si au fond d'elle-même, elle est consciente qu'elles ont changé autant dans leurs convictions que dans leurs réactions disproportionnées et dans leur façon de voir la vie. Elles se sentent en décalage avec le monde des civils et doutent d'arriver à reprendre une vie normale. Leurs limites et gardes-fous ont explosé et elles sont devenues hermétiques aux notions humaines d'avant.

Des hommes et des femmes qui s'engagent pour une "noble" cause

Comment vont-elles pouvoir vivre auprès de leurs familles après leur retour en France ? Pourront-elles continuer à vivre sans séquelles psychologiques post-traumatiques ?

Delphine Coulin aborde avec son roman "Voir du pays", la réalité des femmes soldats, sujet rarement traité. Elles sont en minorité au sein de l'armée et pourtant elles sont bien là.

L'auteure nous parle sans équivoque de l'impacte que l'expérience de la guerre a sur ces jeunes femmes et jeunes hommes qui s'engagent en pensant participer à une "noble" cause mais qui sont confrontés à une réalité plus sombre. Un endroit où il n'y a plus de règles, où il faut faire un travail à risque permanent, dans un lieu où la peur de l'autre, la peur de mourir transforment l'être humain en être instinctif, perdu, stressé, inadapté et violent.

Un regard innovant sur cette expérience de vie

Delphine Coulin porte un regard tellement innovant et juste sur les conséquences qu''une telle expérience de vie peut avoir sur les soldats qu'ils soient féminins ou masculins. On les considère comme des héros, ce qui en soit est justifié, mais peu de gens ont conscience que tous ces soldats ont touché de si près l'horreur que revenir vivre dans un monde de paix est presque illusoire.

Raconter cette réalité humaine en parlant des jeunes femmes engagées donnent une dimension supplémentaire à ce roman. On parle souvent des soldats, des anciens militaires revenus de terrains de guerre qui posent des problèmes d'intégration, et de réadaptation à leur retour, qui se soulagent ou s'oublient dans l'alcool ou la drogue, qui deviennent violents tellement ils sont stigmatisés par ce qu'ils ont vécu. Mais jamais n'a été abordé la problématique des femmes soldats.

"Voir du pays" est une histoire de femmes soldats certes, mais de femmes qui vont au-delà d'elles-mêmes pour oublier et retrouver juste l'envie de continuer de vivre.

Une très belle histoire avec un sujet inhabituel, grave, juste, qui touche et ne peut nous laisser dans l'indifférence. Ce roman impose une réalité rarement abordée.

Un très beau roman, sombre, qui force le lecteur à la réflexion et qui humainement bouscule et nous obligera dorénavant à regarder les jeunes engagés femmes ou hommes avec plus de compassion et d'empathie. Même si on ne sort pas indemne de ce roman je le conseille car on ne peut passer à côté de cette vérité là.
- Ondine

Elles avaient réussi à avoir des vies d’hommes parce que c’était ce qu’elles voulaient, elles avaient cru se protéger des risques en devenant des soldates, mais cela n’avait servi qu’à voir la violence de près.

4 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse, ce livre a été mon coup de coeur 2013 (mon avis ici: http://www.mylittlediscoveries.com/2013/11/voir-du-pays-un-v%C3%A9ritable-coup-de-coeur.html)! Je le recommande chaudement! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. contente d'avoir trouvé des lecteurs oh pardon lectrice qui partage de temps à autre mon avis. Un très bon livre, intéressant ++++
      A bientôt.
      PS : je suis allée lire ton avis sur ton blog - effectivement on est du même avis.
      Ondine

      Supprimer
  2. Je garde un très bon souvenir de cette lecture. Un thème pas facile, mais très bien abordé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un très bon et beau livre qui aborde un sujet dont on ne parle quasi jamais.
      Même si le sujet n'est pas simple il est important de temps à autre de parler des réalités de notre société.

      Supprimer

Profitons de notre liberté d'expression