dimanche 30 mars 2014

Deux veuves pour un testament de Donna Leon (février 2014)

Auteure : Donna Leon
 
Edition : Calmann-Levy
 
Pages : 288
 
Anna Maria Giusti est traductrice. Son ami Nico l'a emmené à Palerme en voyage pour la présenter à sa famille. Très mal à l'aise, étrangère au milieu familial de Nico, elle écourte son voyage et rentre à Venise.

Dès son retour, elle espère retrouver très vite ses repères. Etrange, sa voisine, la Signora Constanza Altavilla qui devait s'occuper de son courrier, a oublié de le lui déposer. Contrariée et comme sa vieille voisine semble absente, elle décide de prendre le double des clefs de l'appartement de celle-ci afin d'y récupérer son courrier. Elle découvre le corps sans vie de la vieille dame. Paniquée, elle téléphone au Commissariat de Venise.
 
Le Commissaire Brunetti et son équipe sont envoyés sur les lieux. La mort de Constanza Altavilla semble naturelle pour le médecin légiste. Elle a fait une crise cardiaque et dans sa chute, sa tête a heurté le radiateur de la chambre. Même si le Commissaire Brunetti ne peut émettre d'autre hypothèse, il n'arrive pas à se résoudre à une mort naturelle.
 
Il décide de suivre son instinct et de mener l'enquête. Qui était en réalité Constanza Altavilla ? En tous les cas pas une vieille dame inactive. Elle faisait partie d'une association de femmes battues et hébergeait certaines victimes à son domicile. Elle rendait visite aux pensionnaires d'une maison de retraite et avait noué des liens privilégiés avec certains d'entre eux.
 
Le Commissaire Brunetti fouille, enquête et surtout s'investit de façon officieuse pour apporter les réponses à ses questions et faire avancer l'enquête.
 
Avec son dernier roman, Donna Leon nous entraîne une nouvelle fois dans une enquête menée par le Commissaire Brunetti. On y retrouve avec bonheur le vrai Venise : celui des Vénitiens, ses personnages : Brunetti, sa famille, Vianello, la Signora Ellectran, le Vice-Questeur Patta et d'autres, avec lesquels on a fini par se familiariser. Les personnages de Donna Leon sont décrits avec maturité et une compassion certaine.
 
L'auteure ne raconte pas seulement une intrigue policière mais utilise celle-ci pour aborder à chaque fois des thèmes de société. Dans "deux veuves pour un testament", elle parle de la vieillesse, de la violence conjugale, de la mort avec beaucoup d'humanité, de clairvoyance et de délicatesse. Elle nous fait également connaître et apprécier Venise et les Vénitiens avec réalisme et un regard juste et profondément humain.
 
Les rebondissements et la chute de l'histoire sont totalement inattendus.
 
Une fois le livre refermé, on en garde un sentiment de compassion humaine pour tous les personnages et surtout une réflexion quant à la mort, la vieillesse, la violence et l'amour.
 
Donna Leon voue à Venise et à ses personnages une grande affection et une tendresse infinie.

A lire absolument :

- pour les lecteurs de polars : pas de frisson ni d'hémoglobine mais une enquête menée avec intelligence et une approche humaine certaine,

- pour les amoureux de Venise : un voyage authentique dans les quartiers, les rues, les canaux vénitiens mais surtout une profonde symbiose avec les Vénitiens.

Je suis une inconditionnelle de Donna Leon. Les histoires qu'elle raconte sont non seulement celles de tout un chacun mais exhale une affection absolue pour Venise et les Vénitiens.

J'ai aimé plus, plus, plus, non seulement parce que je suis tombée en amour pour Venise il y a quelques années mais parce qu'elle sait raconter des histoires qui touchent et qui traitent de sujets sociétaux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ondine a aussi chroniqué du même auteur :
 
http://labibliodegaby.blogspot.fr/2013/03/brunetti-et-le-mauvais-augure-de-donna.html
 
 
 

3 commentaires:

  1. hâte de le lire! bonne journée!

    RépondreSupprimer
  2. A Venise il y a 2 ans, j'ai emporté et lu le deuxième roman de D.Leon "Mort en Terre étrangère". Une lecture de vacances parfaite !

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais lu de livre de cette auteure, ce n'est pas faute d'avoir vu de bons avis dessus. Il faudrait que je me lance ^^

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression