dimanche 27 avril 2014

Shim Chong, fille vendue de Hwang Sok-Yong (2010)


Auteur : Hwang Sok-Yong


Edition : Points


Pages :557


Au XVIIIe siècle, Shim Chong, jeune fille coréenne dont le père est aveugle, est vendue par sa belle-mère pour devenir la femme d'un riche. Elle va devoir vivre une expérience douloureuse, en étant noyée lors de la cérémonie qui commencera son voyage vers la Chine. Shim Chong rejoindra ainsi le domaine de son époux, vieux et marié à plusieurs femmes. Celui-ci l'éveillera à la sexualité et la sensualité, avant de décéder. Shim Chong sera alors prise en main par le fils qui l'amènera dans le bordel qu'il gère. Dans une ambiance au parfum d'opium et de moiteur du corps, Shim Chong évoluera, façonnera sa personnalité et apprendra à être la maîtresse de son destin.



Présenté dans les grandes lignes, ce livre peut sembler banal, pourtant à travers la vie de Shim Chong, on découvre et retrace toute l'histoire diplomatique de la Corée, de la Chine et du Japon. En effet, la jeune femme vit pendant l'époque où ces pays s'ouvrent aux autres et façonnent encore les frontières.

Hwang Sok-Yong s'est inspiré d'une légende coréenne pour écrire ce livre, et d'une façon très habile fait référence à de nombreux faits historiques. Mais il faut avoir une certaine culture pour pouvoir situer tous les éléments. Ce livre est donc à double langage. On peut aussi bien le lire comme le récit d'une femme forte et l'histoire de la condition féminine à cette époque, comme un roman où sont relatés les faits les plus importants s'étant déroulés en Asie. Comme beaucoup d'auteurs de ces pays, Hwang Sok-Yong a utilisé beaucoup de symboles pour transmettre sa vision des choses et toucher ceux qui en partagent le savoir.

Pour en rester au caractère brut de ce récit, j'ai énormément aimé Shim Chong qui a une personnalité forte, au point de contrôler son destin et son corps afin d'atteindre ses objectifs. Appréciant les personnalités de ce type, c'est toujours un réel plaisir de découvrir de telles femmes, surtout décrites sous la plume d'hommes.

La suivre, c'est ainsi s'ouvrir au commerce des corps de cette époque, le statut d'objets de plaisir dont les femmes ont dû se contenter, et les mœurs. Shim Chong est très souvent traitée comme du bétail en étant kidnappée, vendue, marchandé.

Tout le livre est instructif, et précis. J'ai aussi bien aimé les passages en Chine, en Corée et au Japon, où l'on découvre aussi le passé des Geishas.

Pour moi, cette œuvre est une référence, que je vais garder sous le coude et relire quand j'aurai acquis plus de savoir sur l'Histoire. Un livre que je vous recommande si vous vous intéressez aux relations inter-étatiques, la condition féminine et les livres allant à l'essentiel.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression