vendredi 30 mai 2014

Les mots de Jean-Paul Sartre (1977)

Auteur : Jean-Paul Sartre

Edition : Folio

Pages : 210

"J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute: au milieu des livres. Dans le bureau de mon grand-père, il y en avait partout; défense était de les faire épousseter sauf une fois l'an, avant la rentrée d'octobre. Je ne savais pas encore lire que, déjà, je les révérais, ces pierres levées : droites ou penchées, serrées comme des briques sur les rayons de la bibliothèque ou noblement espacées en allées de menhirs, je sentais que la prospérité de notre famille en dépendait..."

Inculte, j'ai décidé de lire l'autobiographie de Sartre, sa vie de 4 à 11 ans, dont j'entends tellement parler et qui a été l'amant de Simone de Beauvoir dont j'apprécie bien la mentalité. Je ne vais pas vous rédiger une analyse, un texte philosophique ou jouer les grandes intellectuelles, tout simplement car ce n'est pas mon intention. Donc on va causer impression. 

Dans les deux parties du livre, que sont "lire" et "écrire", on va découvrir la naissance du goût de la littérature pour Sartre, mais aussi sa construction mentale de la petite enfance, suivie de ses premières tentatives d'écriture, de ses désillusions quand la coquille de sa petite personne se fendille et qu'il se retrouve confronté aux réalités de la vie.

Il n'est pas courant que je lise les pensées intimes d'individus, encore moins quand ceux-ci se livrent totalement. Lorsque j'ai lu les premières pages, j'ai été surpris du ton de confidence avec lequel sont racontées les histoires. Sartre a une maîtrise indéniable du langage français, et la lecture de cette oeuvre est se rendre compte de ce qu'est la littérature. C'est bien la première fois que je lis un texte et me frappe la tête en me disant "bon sang, maintenant je sais". Le niveau est haut, comparé à ce qu'on peut lire comme textes de nos jours. Mais en même temps, je ne prétends pas non plus avoir des années de connaissances et de savoir, ne vous formalisez pas de cela.

Découvrir les faiblesses de sa personne ainsi que les principales aventures de sa vie d'enfant sont vraiment indispensables ceux qui veulent comprendre Sartre. On a ici l'histoire d'un enfant materné par son grand-père et sa mère, vivant sans père. Un gosse couvé qui devra se rendre compte qu'il n'est pas le nombril du monde et qu'en plus physiquement il n'est pas dans la norme.

Je m'interroge toujours sur la volonté qu'à un auteur de vouloir livrer son intimité. Quel était son but? N'est-ce pas aussi quelque part une façon de façonner son image? En étant sûr de livrer un texte ayant connu un grand succès, il marquait aussi dans le marbre un passé que seul lui et ses proches peuvent attester. En réalité, si j'ai bien apprécié le texte, savouré l'écriture, et me suis ravie de connaître sa vie privée, il me manquait la démarche. Pourquoi l'écrire? pourquoi nous la livrer?

Je pense qu'il aurait été plus intéressant que je le découvre après avoir lu des textes de l'auteur, afin de comprendre mieux le personnage. J'ai mis la charrue avant les boeufs. Mais rien n'est irrattrapable!

2 commentaires:

  1. Pourquoi ne devrait-on lire et apprécier les bios des (et les grands) auteurs qu'avec 50 ans de lectures éclairées derrière nous ? Il faut bien commencer par quelque part ! :) Si déjà tu y a trouvé des choses si particulières, je pense qu'une partie du but (pourquoi lit-on ces bio, d'ailleurs ? Je te renvoie ta question ;)) est atteint.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon retour! Sartre a fait mouche, sa personnalité m'a plu (pour comprendre une oeuvre je pars du principe qu'il faut comprendre l'homme, et j'avais l'impression, dans ma lecture, de parfois "marcher sans but"). Je compléterai avec d'autres écrits, c'est certain! :) L'humanisme m'intéresse beaucoup!

      Supprimer

Profitons de notre liberté d'expression