vendredi 9 mai 2014

Muchachas (tome 1) de Katherine Pancol (février 2014)

Auteure : Katherine Pancol

Edition : Albin Michel

Pages : 450

Avec ce nouveau roman de Katherine Pancol on retrouve des personnages que nous avions laissés à leur destin respectif à l'issue de sa précédente trilogie : Gary et Hortense à New-York, Joséphine et Philippe en voyage en Italie et quelques autres...
 


Dès les premières pages, même s'il faut reconnaître que l'auteure a l'art d'accrocher immédiatement les lecteurs à ses histoires, j'ai eu une première réflexion idiote certes mais voilà : "Oh non, on reprend les mêmes et on recommence". En fait, cela me plaisait bien de quitter ces personnages définitivement à la fin de la trilogie. Mais je dois reconnaître que cette observation fut une erreur de ma part car très vite on découvre : Stella, une jeune mère qui élève seule son fils Tom, sa mère Léonie, fragile, malheureuse, isolée, battue et asservie par son mari et sa belle-mère, Ray Valenti, son père, pompier et un héros pour les gens du village et tellement abject et violent dans la sphère privée et d'autres...

Des personnages très attachants pour certains, une histoire simple dans une petite communauté où tout le monde se connaît presque depuis l'enfance, où tout le monde sait mais où personne ne dit, ne réagit et par là même laisse faire et donne ainsi un pouvoir illimité à des personnes comme Ray. Lui, un mari violent qui avec ce sentiment de toute puissance, continue à semer le trouble, la violence et à maltraiter sa femme au point de la tuer. Mais Ray ne frappe pas seulement sa femme pour la soumettre, l'avilir mais pour en faire sa chose, celle sur laquelle on passe ses frustrations. Un personnage à double face du genre socialement correct à l'extérieur et qui détruit la vie de ses proches. Une histoire qui aborde les violences conjugales qu'elles soient psychologiques ou physiques dans un contexte humain normal. Effrayant ce rapport de bourreau à victime et inversement.

De plus il faut reconnaître que Katherine Pancol a su par une petite pirouette ou plutôt une idée lumineuse et avertie qui n'appartient qu'à elle, relier les nouveaux personnages à ceux de la précédente trilogie et cela de façon inattendue.

Je ne vais pas raconter l'histoire de ce nouveau roman qui a priori va se présenter sous une nouvelle trilogie. Je vous conseille de la lire. Moi, pourtant sceptique au départ, je dois avouer que je me suis laissée séduire et happée par l'histoire de Stella, Léonie et les autres. De plus Katherine Pancol a su aborder le sujet des violences conjugales avec beaucoup d'intelligence, de finesse et d'humanité. Elle raconte avec simplicité, déférence et respect, l'isolement des victimes provoqué non seulement par leurs bourreaux mais par les proches ou un environnement qui souvent lâchement laissent faire.
De beaux personnages que j'aime déjà : Stella, Adrian, Tom, Julie et on ne peut que ressentir de la compassion pour Léonie.

Dès à présent je sais que je vais lire la suite car les personnages me manquent déjà.

J'aime Katherine Pancol et sa façon de nous raconter ses histoires. Elle a cette faculté de nous faire aimer ses personnages, d'aborder des faits de société avec simplicité, beaucoup de subtilité, de réalisme et d'humilité. Une auteure qui aime ses personnages et qui partage cela sans retenue avec ses lecteurs.

J'ai vraiment aimé ce livre et je le conseille à lire. Des histoires de femmes simples, réelles, difficiles...

 

6 commentaires:

  1. hate de le lire, surtotu qu'on y retrouve les personnages de la saga 'les crocodiles..."

    RépondreSupprimer
  2. Ton billet donne envie... pour l'instant j'ai aimé certaines choses mais je n'ai pas été complètement emballée par cet auteur... il va falloir que j'en lise un troisième alors!!!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai trop hâte qu'il sorte en pooooooche !!! Je suis fan de sa saga moi <3

    RépondreSupprimer
  4. Après tout pourquoi pas, j'avais beaucoup aimé la trilogie des crocodiles !

    RépondreSupprimer
  5. Il faut que je le sorte de ma PAL !!

    RépondreSupprimer
  6. je finis la première trilogie et commence celle là

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression