vendredi 20 juin 2014

Au temps de l'amour de Yamaji Ebine (janvier 2009)

► Yamaji Ebine / Asuka / 330 pages

☼ Résumé :

Jeune artiste célibataire, Shiori est aussi réservée que secrète. Le seul à recueillir ses confidences est son meilleur ami, Toda, étudiant à la faculté.

Mais tout bascule le jour où elle rencontre (est-ce le hasard ?) Kageyama, camarade d’université de Toda, qui semble aussi solitaire qu’elle. Tout de suite, elle est comme fascinée par le jeune homme et va chercher à apprendre un peu plus sur lui, jusqu’à ce que la fatalité fasse naître le début d’une étrange histoire d’amitié…

La poésie et la légèreté côtoient la noirceur et les vices de l'âme humaine pour interpréter une symphonie sur la naissance d'un amour et d'une amitié sans commune mesure...


Mon avis :

Cela fait quelques années que je n'ai pas lu de manga. Lorsque je me suis rendue à la bibliothèque, j'ai craqué pour celui-ci qui me promettait une intrigue romantique un peu gothique. Ambiance confirmée par la jolie couverture mélancolique, avec une jeune femme aux cheveux courts et en robe qui tend la main en direction d'un canari en cage, sur fond d'une pluie de fleurs. Il est même écrit : " La poésie et la légèreté côtoient la noirceur et les vices de l'âme humaine pour interpréter une symphonie sur la naissance d'un amour et d'une amitié sans commune mesure..." Pour la noirceur et les vices, je vous le confirme, pour la poésie, je cherche encore.

Shiori, seule fille de l'histoire, est présentée comme une artiste célibataire. Elle se rend régulièrement à l'université de son meilleur ami Toda pour le rencontrer. Mais, voilà qu'elle croise Kageyama, un jeune homme introverti et mystérieux. Elle veut absolument le rencontrer, mais Toda lui dit qu'il est gay, et qu'en plus son petit ami a été retrouvé assassiné au bord d'une rivière, les oreilles arrachées. Fascinée, elle va donc le suivre et tout faire pour entrer dans sa vie.

Jusque là tout va à peu près bien. Si ce n'est la passion étrange qui survient en Shiori (qui apparemment est une artiste, même si rien dans le livre ne l'affirme), tout parait normal. On s'attend à, évidemment, rencontrer quelques surprises provenant du passé. Des parents salauds, une copine psychopathe ou autre. C'était sans compter le drame pervers, qu'évidemment je ne pouvais pas prévoir puisque absolument pas mentionné dans le résumé.

Comment vous dire? Ce manga est totalement barge, absolument pas poétique, trash au possible, quant à l'humanité je la cherche encore!

Attention, ici je vais te balancer quelques éléments de l'intrigue. Donc lis le manga avant de poursuivre. Ou sinon prends-en toi qu'à toi-même!

Sûr(e)? 

J'ai prévenu!

Shiori, alors qu'elle fait copain avec Kageyama, se rend près de la rivière pour tomber sur lui par hasard. Et manque de bol, elle se fait violer par un type. Violée! Kageyama la trouve, lui demande si ça va bien. Et elle décide de ne rien dire à personne, de ne pas porter plainte et de rentrer chez elle. Avec une pensée pour Kageyama qui l'a trouvé dans une situation embarrassante....

Donc, forcément Shiori est choquée. Comme n'importe quelle femme. Mais voilà que Kageyama va lui demander si elle ne veut pas se venger. Ils retournent sur les lieux du crime (à savoir que Shiori va y retourner régulièrement, et que c'est le même lieu où l'on a retrouvé le cadavre du mec de Kageyama) et croise le violeur. Et que fait Kageyama? Il va violer le violeur. Tout est normal... Shiori se dit que ce n'est pas bien, que les hommes sont cruels...


Bref, toujours choquée, elle ne peut refuser la déclaration d'amour de son meilleur ami Toda. Logique, elle a peur des hommes, elle croit qu'elle doit tout leur céder. Toda qui l'aime et qui va la violer plusieurs fois. Vu qu'elle n'ose pas dire non, il pense qu'elle dit oui. Il ira même jusqu'à débarquer un soir chez elle car il ne supporte plus de ne pas la voir pendant qu'elle rédige son mémoire. Alors il va tirer son coup, et s'excuser de la déranger pendant son travail... Et quand ils rompront, il ira même jusqu'à retourner chez elle et la violer par amour... Et elle, que va-t-elle penser? Tout simplement qu'elle s'en veut d'avoir rompu avec lui, alors elle va retourner au cinéma avec lui. Elle va pleurer car ce n'est pas la faute de Toda, mais la sienne.

Bien, bien, bien. Je vais m'arrêter là car ce n'est que l'un des nombreux aspects de ce roman qui m'ont révolté. La fin est encore plus tordue, encore plus sexuellement violente et grotesque. Franchement, je ne pensais pas tomber aussi bas.


FIN DES REVELATIONS, reprise du billet.

Ce livre est une grosse déception. Tout est mensonge. La couverture, le style prétendument poétique, la légèreté... Et le plus drôle (je ris jaune), c'est "l'amour et l'amitié sans commune mesure". Mais il faut vraiment être tordu pour accepter ce genre de situation. 

Alors oui, ce titre aborde l'homosexualité, très loin des jolis coeurs et des relations saines dont on a l'habitude. J'ai envie de dire qu'il faut savoir parler de tout. Mais ici il est question de perversité, de domination, et de contrôle. Or, rien dans la première ou dernière couverture ne l'annonce.

Je vois que certaines chroniques parlent de réalisme? Parce que la réalité est de violer pour asservir et de l'accepter? Parce que la poésie est de réussir à s'en sortir sans prétendus dégâts? Mais personne ne pourrait se sortir indemne d'une situation aussi dingue, et perverse. 

Le plus drôle (c'est de l'ironie), c'est que la protagoniste et narratrice est une femme, et qu'à aucun moment on en voit d'autre. Un monde avec UNE femme. Face aux situation que Shiori doit surmonter, je me demande comment l'auteur a pu se dire que son histoire possédait un équilibre quelconque.

Alors oui, on ne peut pas tout retranscrire dans un manga. En plus c'est une histoire en un volume, ce qui est TRES rare. Mais franchement, ce récit est du grand n'importe quoi. C'est de la violence gratuite et je n'ai été prévenue par aucun indice.

Ce manga, je ne l'ai pas aimé. Je n'ai pas aimé les promesses non-tenues de l'éditeur, et par conséquent l'univers qu'on m'a imposé sans qu'on ne m'en ai signalé la violence. Je n'ai pas aimé la perversité des personnages, qui pensent que le viol est une solution. A la limite j'ai apprécié les dessins et le rythme. Mais la noirceur et l'exagération des vices ont tout gâché. C'est bien la première fois que je me prends une telle claque. Dorénavant, je regarderai à deux fois en choisissant un titre de cette collection.

2 commentaires:

  1. Eh beh... Je pense que tout lecteur se passerait bien de ce genre de "rencontre forte" avec un livre.
    Je te souhaites de vite amorcer la transition!

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de finir ce manga, j'avais les mêmes attentes que toi et j'ai vraiment été déçue par la tournure que l'histoire a prise. Une grosse déception !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression