mercredi 25 juin 2014

La grammaire est une chanson douce d'Erik Orsenna (janvier 2003)

► Erik Orsenna / Le livre de poche / 150  pages

☼ Résumé : 

« Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue : Je t’aime.
Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps.
Il me sembla qu’elle nous souriait, la petite phrase.
Il me sembla qu’elle nous parlait :
– Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j’ai trop travaillé. Il faut que je me repose.
– Allons, allons, Je t’aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied.
Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi.

Tout le monde dit et répète « Je t’aime ». Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s’usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. »

☼ Mon avis :

Premier livre d'Erik Orsenna que j'ouvre, et j'en ressors doucement charmée. On suit Jeanne et Thomas qui voyagent souvent car leur deux parents vivent de chaque côté de l'Atlantique. Un jour, alors qu'ils ont embarqué, une terrible tempête provoque le naufrage de leur navire. Les deux enfants, uniques survivants, se réveillent sur une île. Seulement, ils ont perdu la capacité de parler. Recueillis par Monsieur Henri et son neveu, ils vont tenter de surmonter les difficultés.

Ce livre, qui s'adresse clairement à un public jeune mais que les adultes sauront aussi apprécier, traite des mots et de leur usage, de la grammaire. A travers les mésaventures de Jeanne et Thomas, on va replonger dans les règles d'accord, les différentes classes de mots, l'ordre grammatical d'une phrase. Tout ce qui cimente notre langue. 

Avec pédagogie et douceur, ce "conte" réconcilie avec le langage et en même temps rend compte de son importance. Certains mots ont même droit à une nouvelle vie, comme "desesperade". Erik Orsenna utilise beaucoup les images. Jeanne se rend à un marché où l'on propose des mots peu usités. Elle visite également une ville dans laquelle vivent différentes tribus (les noms, les adjectifs, les pronoms..), qui s'accordent à la mairie en se mariant! Dans l'île est construite aussi une usine pour apprendre les mécanismes qui les relient et les faire travailler.

Autant de procédés qui font passer les règles grammaticales avec douceur, et qui rendent l'apprentissage beaucoup plus plaisant car plus attrayant, notamment si on compare aux cours reçus à l'école quand on était plus jeune.

Même si, en tant que lecteur adulte, je suis un peu restée sur sa faim, j'ai ressenti beaucoup d'amour dans ce roman. Erik Orsenna a réussi à faire passer sa passion du langage et du partage. Cette sensibilité, que je perçois peu souvent dans les livres, est émouvante.

Un très beau livre, à offrir aux plus jeunes, et aussi aux moins jeunes pour découvrir l'amour des mots et du partage. 





1 commentaire:

  1. Lu il y a pas mal de temps et totalement oublié depuis ! Au moins, c'est qu'il ne m'a pas laissé un mauvais souvenir.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression