samedi 21 juin 2014

La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu (février 2012)

► Boulet & Pénélope Bagieu / Delcourt-Mirages / 202 pages

☼ Résumé :

Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni de son nom ni de ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de recouvrer la mémoire et de retrouver son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?




☼ Mon avis :

Je ne lis pas souvent Pénélope Bagieu. Je la suis sur Twitter, mais je ne vais pas régulièrement sur son blog. A l'occasion, il m'arrive de lire ses bandes dessinées en librairie. J'aime bien ses illustrations qui sont simples, tant au niveau de la couleur que du tracé. Il s'y dégage une certaine fragilité, ou peut-être sensibilité, et une certaine aisance -ou détermination- dans le trait.

Métant inscrite à la bibliothèque, j'en ai profité pour sélectionner quelques titres de bandes dessinées, n'ayant pas besoin de prendre des livres. Et quelle fut ma surprise de découvrir ce titre dont j'ai un peu entendu parler.

Je ne m'attendais absolument à rien en le prenant, voulant me laisser surprendre par l'artiste. On suit une jeune femme perdue dans ses pensées, qui se rend soudainement compte qu'elle ne se rappelle plus de rien. Une adresse : celle d'une Eloïse Pinson. 

En s'y rendant, elle découvre bien vite que cette étrangère et elle ne font plus qu'une. Mais impossible de se rappeler ce qui a pu se passer sur le banc avant cette découverte. Elle va donc partir en quête de sa propre identité et tenter de comprendre pourquoi seuls ses souvenirs se sont effacés.

Ainsi dès les premières pages, on est perplexe. On vit avec Eloïse les difficultés qu'elle doit surmonter, les repères qu'elle doit reconquérir, l'entourage qu'elle ne veut pas perturber, mais aussi le fait d'être seule face à elle-même : comment affronter cette situation? Faut-il fuir ou se mettre en face du problème pour essayer de le régler en sachant que toute révélation pourrait être difficile à vivre?

Pénélope Bagieu et Boulet développent cette quête de vérité mais aussi les pièges de la mémoire, comme les souvenirs qu'on se construit pour se rassurer mais qui ne sont que des mirages. Et aussi le changement de point de vue : en étant une autre personne, on peut changer sa vie du tout au tout.

Et puis la fin, brute et à laquelle on ne s'attend pas, mais qui fait mouche. Certaines l'ont trouvée trop rapide. Mais pour moi, elle était juste. Car dans tout le récit il est bien question de cette recherche d'identité et de la vérité, mais aussi de la confrontation à soi.

Un très bon titre que je recommande! Les dessins collent à l'intrigue avec cette légèreté qui permet d'atténuer un peu le côté tragique de l'histoire. Le rythme est parfait, les situations sont bien amenées. Et la fin est tellement vraie.

1 commentaire:

  1. Je l'ai lu il y a longtemps mais je me rappelle avoir bien aimé :)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression